wearethepeopleThe Administration is committed to ensuring that, to the greatest extent and with the fewest constraints possible and consistent with law and the objectives set out below, the direct results of federally funded scientific research are made available to and useful for the public, industry, and the scientific community. Such results include peer-reviewed publications and digital data”. Lire la suite ici, communiqué de la maison blanche, 22 février 2013.

En résumé, l’administration Obama pense que les résultats de la recherche scientifique financée par le gouvernement fédéral (financée par les contribuables) soient mis à disposition du public, de l’industrie et de la communauté scientifique (simple logique d’accès aux financeurs). Par un accès facilité des biens intellectuels, elle y voit aussi une possibilité de stimuler les avancés économiques par l’accessibilité aux innovateurs. Concrètement, l’administration va mettre un plan d’action pour que les résultats de la recherche publique soit mise à disposition gratuitement au public dans un délai de 12 mois après la publication initiale (lire ici pour plus de détails, incluant une lettre de John Holdren, conseiller du Président Obama pour les questions scientifiques).

Rappelons qu’en juillet dernier, la communauté européenne avait fait un communiqué de presse assez comparable. Extrait : « La Commission européenne a présenté aujourd’hui des mesures visant à rendre plus accessibles les informations scientifiques produites en Europe. Les publications et les données scientifiques issues de la recherche financée par des fonds publics seront accessibles plus rapidement à un plus large public, ce qui permettra aux chercheurs et aux entreprises de les exploiter plus facilement » (source du communiqué ici). Concrètement, les mesures concernent les publications de travaux financés par des fonds européens. Il s’agit soit de la publication immédiate par le « gold open Access » (on paye pour que l’éditeur mette à disposition la publication à tous sans restriction, ici ça serait payé par l’UE), soit une mise à disposition via des archives libres, 6 à 12 mois après la publication chez l’éditeur.

Voilà qui va bousculer le monde  l’édition scientifique !

Publicités