You are currently browsing the category archive for the ‘Rions un peu’ category.

En ce début d’été 2022, dans son vaisseau en orbite autour de la Terre, Rachel était morose. Quelque chose la préoccupait et ça n’avait pas échappé à Greta. Celle-ci ne savait pas trop quoi faire et comme Rachel ne voulait pas lui expliquer, elle décida d’essayer de trouver la cause du problème par elle-même. On a vu dans les chapitres précédents que Greta avait des super-pouvoirs mais peu de gens savent qu’elle est aussi un petit génie de l’informatique. Elle s’installa devant le poste de contrôle de HAL (HAL est l’IA du vaisseau) et elle commença à pianoter.

Lire le reste de cette entrée »

Rachel n’avait pas beaucoup aimé cette campagne présidentielle. Elle s’attendait à des débats éclairés sur l’Université, les étudiants, la recherche, bref tout ce qui constituait le socle le plus solide pour aborder les transitions qui immanquablement nous attendent. Hélas on était resté que des sujets tels que le prix du litre d’essence ou des polémiques stériles à propos de petites phrases le plus souvent sorties de leur contexte. Allez HAL, dis-nous qui sera le prochain président de la France ! Alors HAL repris son récit :

Lire le reste de cette entrée »

A quoi sert l’Université ? On s’est souvent posé la question ici mais on est resté sans réponse pour l’instant. Si on s’en tient à l’enseignement supérieur, certains pensent que l’Université sert à former les étudiants afin qu’ils puissent s’insérer dans la vie professionnelle. Citons par exemple une phrase du récent discours du président E. Macron : « les universités ne devront plus seulement garantir l’accueil des étudiants dans une formation, mais garantir l’orientation des jeunes vers l’emploi » (lire ici). D’autres disent que l’Université n’a jamais eu pour vocation de professionnaliser. Qui peut mieux définir le rôle de la formation à l’Université qu’un doyen d’une faculté ? Laissons-lui la parole :

Lire le reste de cette entrée »

Attablées devant le hublot du vaisseau qui leur permettait une vue imprenable sur la Terre, Rachel et Greta se régalaient avec une petite salade d’endives agrémentée de pommes et de noix. Elles étaient en train de survoler le pacifique et allaient passer au dessert quand subitement un gigantesque champignon se dessina en plein milieu du pacifique. Elles regardaient son expansion rapide et l’onde concentrique qui déchirait l’atmosphère. C’est à cet instant que HAL (l’IA du vaisseau) repris son récit :

Lire le reste de cette entrée »

Sur un réseau social, une universitaire (statut MCF) raconte un petit morceau de sa vie : « Un responsable de revue en qui j’avais confiance me propose d’écrire un article – d’ailleurs sans pige mais en sciences humaines nous travaillons souvent gratuitement – … ». Je me dis que c’est quand même un comble que l’État ne s’acquitte pas du salaire qu’il doit à ses fonctionnaires des sciences humaines et qu’ils soient obligés de travailler gratuitement. Dans ces conditions je comprends un peu mieux pourquoi ils sont parfois si vindicatifs envers le gouvernement dans leurs tribunes dans Le Monde. Chez nous, en « sciences dures », on ne reçoit pas non plus de piges quand on écrit dans une revue, mais au moins notre salaire est payé à la fin du mois, sans manquement. Ça ne nous viendrait pas à l’idée de demander des piges, ne serait-ce pas être payés deux fois ?

Lire le reste de cette entrée »

Rachel s’était endormie et quand elle s’est réveillée, elle ne savait plus trop où on en était dans les chroniques Gaïennes. Elle regarda autour d’elle et constata que Valérie n’était plus là. Elle avait laissé un message : « Chère Rachel, merci pour tout mais le devoir m’appelle, je dois aller sauver la France car j’ai le courage de dire et la volonté de faire ». Bon, OK se dit Rachel. En fait elle était soulagée car Valérie devenait vraiment insupportable. Seule Greta était restée, toujours prostrée et accroupie dans un coin de son vaisseau, sa pancarte à la main. Rachel demanda à HAL (l’AI de son vaisseau) de lui faire un petit résumé de la situation. HAL reprit donc son récit.  

Lire le reste de cette entrée »

Très récemment, Igor et Grichka Bogdanoff nous ont quitté. C’est une perte inestimable pour la communauté scientifique. En particulier, on leur doit la démonstration mathématique de l’existence d’un code cosmologique préexistant au Big Bang (bref de l’existence de Dieu). On rappelle également que Igor et Grichka ont obtenu leur doctorat dans des Universités françaises. Afin de rendre hommage à leur carrière scientifique fulgurante, Gaïa Universitas se devait de leur consacrer sa chronique du H-index.

Lire le reste de cette entrée »

Greta est restée quelques jours chez Rachel. Après l’épisode orageux (voir épisode précédent), l’air était devenu plus respirable. Mais Greta était maussade et sa lecture du nouveau rapport du GIEC n’avait pas calmé sa colère contre l’inaction des Terriens. Elle n’arrêtait pas de répéter en boucle « How dare you! You have stolen my dreams and my childhood with your empty words. And yet I’m one of the lucky ones. People are suffering! ».

Lire le reste de cette entrée »

Rachel écoutait le récit de HAL d’une oreille distraite. Elle avait entendu cette histoire au moins une centaine de fois. Bien sûr celle-ci n’était jamais tout à fait la même, certaines dates changeaient, ainsi que certains personnages. Mais la ligne centrale semblait être invariable, comme si les Terriens avaient du mal à intégrer qu’il y avait plein de mondes possibles à venir. Les versions qu’elle avait déjà entendues conduisaient toutes à une forme d’apocalypse autodestructrice. Après tout, une civilisation a une durée limitée, se disait-elle, mais elle était étonnée par l’application précipitée que mettaient les Terriens pour clore la leur.

Lire le reste de cette entrée »

Rachel aimait le silence. C’était pour elle le meilleur moyen pour entrer dans un état d’observation méditatif où toute influence est bannie. Avec le bruit, la pensée se biaise, la liberté se restreint et le vagabondage devient balisé. Dans son sens originel, le silence c’est aussi s’abstenir de parler. Mais Valérie n’avait manifestement pas la même approche : elle n’arrêtait pas de parler. Rachel se reprochait de l’avoir exfiltré de la Terre. Alors à défaut du silence, Rachel mit un peu de musique pour accompagner la suite du récit de HAL (l’IA de son vaisseau). Elle mit Le Beau danube de Johann Strauss, elle trouvait que c’était de circonstance.

Lire le reste de cette entrée »

Depuis son arrivée sur Terre en 2009, Rachel avait rencontré de nombreux Terriens, surtout des universitaires car elle avait la charge d’observer leur étrange comportement qui avait été signalé quelques temps plus tôt. La situation était jugée suffisamment grave pour y envoyer un observateur. Depuis, missionnée par l’observatoire galactique des Universités (OGU), Rachel tentait de comprendre. Mais pour l’instant, c’est l’IA de son vaisseau qui avait la parole :

Lire le reste de cette entrée »

2024. En orbite autour de la Terre, Valérie était intenable. Elle n’appréciait pas du tout son exfiltration et voulait que Rachel la redépose illico sur Terre. Tant pis pour les dangers multiples qu’elle pourrait rencontrer. Mais Rachel se montra intraitable. Comme Valérie ne semblait pas bien comprendre la situation, elle demanda à l’IA de son vaisseau de refaire un petit résumé de la situation, juste les évènements clés qui avaient conduit à la situation actuelle. Rachel avait surnommé son AI « HAL », elle en était très fière car elle trouvait que c’était très original.

Lire le reste de cette entrée »

De son vaisseau spatial en orbite autour de la Terre, Rachel observait l’immense incendie qui ravageait la taïga canadienne, détruisant l’un des derniers biomes terrestres. L’incendie avait débuté dans les basses-terres de l’intérieur de l’Alaska et du Yukon, avait franchi ensuite les Monts Richardson et avait continué à serpenter vers l’ouest. A cette heure, il commençait à ronger le bouclier canadien oriental. Seul l’océan pourrait l’arrêter, à moins que celui-ci s’évapore à cause de la colossale quantité d’énergie dégagée. Le feu était très spectaculaire vu de l’espace car il s’étendait sur des milliers de kilomètres.

Lire le reste de cette entrée »

Ces jours-ci c’est la révolution au CNRS. On a reçu un email titré « zoom pour tous » : « La prolongation de la crise sanitaire que nous traversons nous conduit à adapter les outils nécessaires au télétravail.  En conséquence, le PDG a décidé d’autoriser l’emploi de la nouvelle version de l’outil Zoom ». Jusqu’à présent le CNRS interdisait l’utilisation de Zoom pour des problèmes de sécurité, mais manifestement une nouvelle version les lève. Bye Bye Tixeo ! (Qu’on n’utilisait plus depuis longtemps, de toute façon) car cette application sera fermée dans quelques jours.

Lire le reste de cette entrée »

On le sait depuis les déclarations de la ministre F. Vidal, l’Université est aujourd’hui confrontée à une menace de radicalisation inédite qui s’adosse à une épidémie galopante d’islamo-gauchisme, de racialisme et d’indigénisme. Ce phénomène est loin d’être marginal puisqu’il concerne environ 25 % des effectifs universitaires selon les dernières estimations. D’après les experts, il est possible que la contamination de montée des idéologies hostiles aux valeurs de la République s’étende ensuite à d’autres franges catégorielles et représente donc un problème sociétal.

Lire le reste de cette entrée »

Le président E. Macron nous dit qu’il va falloir travailler plus. La convention citoyenne nous recommande de travailler moins. Dans une société comme la notre avec beaucoup de chômage, le thème de la répartition du travail devrait être bien entendu un thème majeur.  Hélas, il n’y a que peu de débats sur ce sujet. Il serait intéressant de connaitre le point de vue des enseignants-chercheurs sur ce sujet, en ce qui concerne leur métier. Mais comprendre ce que fait un enseignant-chercheur, ce n’est pas si simple. En interne à l’Université on a beaucoup de mal. Alors pour les lecteurs Lire le reste de cette entrée »

Le monde d’après se met en place actuellement. Les secteurs d’activité et les groupes de pression se mobilisent pour aller grappiller les milliards qui pleuvent de partout. Assurément, on commence à voir la couleur de ce monde d’après : il sera comme avant. Lire le reste de cette entrée »

Le terrien est né dans la savane. Au début le terrien était quadrupède. Mais un jour son esprit s’est élevé, il eut envie de voir plus haut que les herbes folles et d’en finir de se piquer les joues par les orties. Alors le terrien est devenu bipède. C’est alors qu’il aperçut les collines et il eut envie d’aller voir ce qu’il y avait derrière. Le terrien est donc devenu nomade, parcourant son globe Lire le reste de cette entrée »

L’intervention du Dr. D. Trump lors de la crise du coronavirus aura marqué un tournant majeur. A l’instar du Pr. Didier Raoult, il aura proposé aux médecins deux pistes très intéressantes pour lutter contre le covid-19, l’une étant de faire rentrer de la lumière UV dans le corps et l’autre une injection de désinfectant dans les poumons (à regarder ici séquence d’anthologie). Les essais Lire le reste de cette entrée »

Une étrange épidémie gagne nos campus. Son origine est encore mal déterminée mais elle pourrait être la conséquence de l’agent infectieux Lortho Predimus Ptemacronique Ravidal (LPPR), ou « nonisme » dans le langage courant. A l’heure actuelle, on a encore du mal à estimer l’ampleur de la contamination ou son degré de gravité. Il a été détecté plusieurs cas sévères ainsi que de nombreux cas Lire le reste de cette entrée »

A propos de Gaïa

Sale temps pour l’Université : dans le plus grand secret, le gouvernement a tricoté une loi darwinienne et inégalitaire, les étudiants ont décidé définitivement d’arrêter de travailler et les universitaires ont sombré dans un profond wokisme. Sur Gaïa Universitas, on tente de suivre et de comprendre.

Commentaires récents

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles.

Rejoignez 279 autres abonnés

Chroniques Gaïennes


Retrouvez ici l’intégralité des chroniques Gaïennes.

Archives

Statistiques du blog

  • 1 324 344 visites