La contestation ne faiblit pas en Iran. Ces derniers jours c’est dans les universités que le mouvement a été actif. Mais les enceintes des universités ne protègent en rien les manifestants et comme ailleurs il y a eu des arrestations, les passages à tabac et les tirs à balles réelles. Au moment où j’écris, des étudiants sont coincés et encerclés par les forces anti-émeutes à l’intérieur de l’université de technologie de Sharif à Téhéran, peut-être qu’un carnage est en cours.  Ci-dessous quelques tweets sur le sujet :

«  Ce qui se passe ce soir en Iran et plus particulièrement à Téhéran est dramatique. Malgré les répressions, les violences, la force et le courage de ces milliers de femmes est une leçon pour le reste du monde. La détermination de la jeunesse iranienne est tellement puissante. »

«  Les élèves d’une école de Téhéran se rassemblent dans la rue, enlèvent leur hijab et scandent des slogans hostiles à la République islamique « 

 » En #Iran, les universités reprennent le flambeau de la contestation malgré la répression. À Yazd , centre du pays, des étudiantes, dont certaines dévoilées, crient : « Femme, vie, liberté ! », les 3 mots d’ordre de la contestation après la mort de #MahsaAmini.  »

 » Les femmes enlèvent leurs voiles et les hommes applaudissent, à l’université Ferdowsi de Mashhad… Cela fait 3 semaines que la révolution féministe a commencé en Iran « 

 » À l’université Ferdowsi de la ville de Mashhad, l’une des villes les plus religieuses et conservatrices du pays, de nombreuses étudiantes retirent leur voile en criant « liberté » !

« Ne pensez pas que cela n’a lieu qu’aujourd’hui, notre rendez-vous se tient chaque jour! », lancent les étudiants de l’université Razi de la ville kurde de Kermanshah(ouest de l’#Iran) ce dimanche 2 octobre.