La CPU a publié récemment une petite enquête sur la réussite des étudiants au semestre 1 (lire ici). Cette enquête a été réalisée sur un échantillon de 300 00 étudiants. Plusieurs conclusions sont données selon les années d’études (L1, M1, M2, …) et qui peuvent se résumer ainsi : stabilité des résultats par rapport à l’année dernière (semestre qui n’était pas impacté par la crise sanitaire) et une qualité des diplômes maintenue.

Pour ma part, dans ma formation, les résultats sont en effet honorables et effectivement comparables à ceux de l’année passée. Mais deux facteurs peuvent expliquer ces résultats : comme beaucoup de mes collègues, j’ai fait une épreuve avec un sujet qui n’était pas difficile afin de ne pas pénaliser les étudiants en cette période difficile. Ensuite, durant le jury du semestre, nous avons eu la consigne « d’être bienveillant ». Cela s’est traduit par des ajustements de notes avec l’objectif évident (mais non clairement exprimé) d’être sur un niveau comparable aux autres années. Ces ajustements ne me paraissent pas scandaleux car il n’y a pas de raison de penser que les promotions 2021 sont intrinsèquement plus mauvaises que celles des années antérieures.

Pour ma part j’ai du mal à croire que la crise sanitaire n’ait pas affecté les acquisitions de connaissances et compétences, et plus globalement la qualité des diplômes. Cela parait contradictoire avec tous les témoignages de difficultés qui ont été exprimés durant le semestre, à la fois coté étudiant et enseignants. Je trouve donc l’enquête de la CPU un peu hypocrite. Les difficultés du semestre et la consigne de bienveillance aurait pu être mentionnées dans l’enquête (qui est encore partielle et très peu commentée à ce stade).