Depuis quelques jours sur les réseaux sociaux, le thème des « étudiants fantômes » est très tendance. Les étudiants sont en effet très impactés par la crise sanitaire et doivent suivre les enseignements en distanciel, donc en mode « dégradé ». Il est évident que cette configuration n’est pas idéale et entraine des décrochages, de l’angoisse, de la déprime, sans compter que certains ont des difficultés pour se connecter ou ont un flux internet faible.

Comme je l’ai souvent répété dans ce blog, il semble que l’Université soit la dernière roue du carrosse et peu de moyens ont été déployés pour améliorer la situation dans les Universités et celle des étudiants. Tous ne sont pas logés à la même enseigne : les élèves et prépa et ceux des BTS ont été autorisés à poursuivre une partie de leur enseignement en présentiel, ce qui me parait constituer une forme d’inégalité de traitement.

Les Université seraient-elles considérées comme étant plus dangereuses, incapables de mettre en place les mesures sanitaires imposées ? Ce n’est pas ce que j’ai observé en septembre et en octobre, avant le second confinement. Chez moi, j’ai vu une université qui avait mis en place les mesures préconisées et j’ai vu des étudiants forts respectueux des consignes, dans leur grande majorité. Les photos d’amphi bondés qui ont circulé début septembre (je ne dis pas que ça n’a pas existé) ou les tribunes d’universitaires confusionnistes qui nous expliquent que « rien n’a été fait » (par exemple lire ici) ont provoqué des dégâts considérables pour l’image qu’on peut avoir de l’Université et ça a certainement compté fortement dans la décision de passer presque tout en distanciel, avec les conséquences qu’on mesure aujourd’hui.

L’un des étudiants du collectif « étudiants fantômes » nous dit : « Le gouvernement nous infantilise, comme si nous n’étions pas plus responsables que des collégiens ou des lycéens, comme si nous n’étions pas suffisamment aptes à donner notre avis ». J’ai un peu de mal à comprendre la remarque (sauf peut-être si ça fait allusion à la bourde de la ministre sur BFMTV). Pour le confinement 2, le gouvernement devait limiter le nombre de personnes en circulation et interaction. Il a privilégié le présentiel pour le primaire et le secondaire et mis en distanciel les étudiants, pensant qu’ils seraient plus autonomes pour continuer l’apprentissage sans un enseignant à coté d’eux. Ce n’est pas ce que j’appelle une infantilisation, je dirais même que c’est plutôt le contraire.

Je sais que les étudiants ne fréquentent pas ce blog, mais voilà ce que je pourrai leur dire si par hasard l’un d’eux s’égare et tombe ici :

  • Etudiant fantôme, voilà ce que je vois quand je fais cours ou TD sur zoom : des cases noires. Franchement ça n’aide pas à humaniser et à favoriser l’interaction avec l’enseignant que vous réclamez. Je comprends bien que Zoom filme aussi votre intimité mais vous pouvez mettre un fond qui cache ce qu’il y a derrière vous. Votre flux est faible et vous voulez économiser de la bande passante ? Parfait, je comprends, mais alors mettez votre photo. Faisons des efforts communs pour essayer d’humaniser ces déprimantes cases noires …
  • Etudiant fantôme, tentez-vous d’interagir avec votre prof lors d’un cours ou d’un TD ? Pour ma part, je constate qu’environ 10-15 % d’entre vous le font mais parfois on se demande vraiment s’il y a vraiment quelqu’un derrière la plupart des cases noires ?
  • Etudiant fantôme, je peux lire que ça tape dur sur le gouvernement qui n’est pas à la hauteur, mais que pensez-vous de vos enseignants et l’Université ? Sont-ils à la hauteur de la situation ? Font-ils l’effort de maintenir un lien avec vous ? Sentez-vous l’effort qu’ils font, peut-être parfois maladroitement, pour s’adapter à la situation ? Répondent-ils à vos mails ? Et si vous êtes en détresse, avez-vous contacté votre Université pour savoir s’il pouvait y avoir de l’aide de ce côté ?
  • Etudiant fantôme, savez-vous qu’on n’est pas en confinement ? on peut sortir de chez soi, rencontrer d’autres étudiants, créer des forums d’échange sur internet …
  • Etudiants fantômes, faut pas laisser trainer vos bonbons un peu partout dans l’Université …