Il n’aura échappé à personne que nous vivons une période très compliquée. Beaucoup de choses sont chamboulées, reportées ou carrément annulées. Pour nous, les enseignants-chercheurs statutaires, tout ça n’est pas très grave. On avance moins vite, on doit s’adapter mais on est payé comme avant, on n’a aucune crainte de perdre notre emploi et on peut se permettre de reporter de quelques mois ou plus nos projets de recherche sans trop de conséquences.

Mais pour d’autres, la situation est beaucoup plus difficile et stressante, tout particulièrement pour les doctorants. Pour ceux qui sont en dernière année de thèse, l’année 2020 aura été un enfer. C’est très compliqué aussi pour les autres précaires de l’ESR (très souvent des jeunes).

Beaucoup de ces jeunes aspirent à une carrière académique mais c’est une voie qui est loin d’être un fleuve tranquille. Il y a de nombreux obstacles, et l’un des premiers est la qualification du CNU. Heureusement, en raison de la crise sanitaire le ministère et le CNU ont repoussé la date limite pour l’inscription sur les listes de qualification. Initialement programmée le 6 novembre, la date pour s’inscrire est repoussée … au 12 novembre ! Royal ! un peu d’humanité dans ce monde de brutes !

Pour ma part, j’avais très naïvement dit récemment sur ce blog que compte tenu de la situation, il aurait fallu annuler la campagne de qualification 2021. Mais non … show must go on !