Pour mieux lutter contre le Covid-19, c’est important de mieux le connaitre. Bien entendu on pourra étudier ses effets sur la santé des humains, mais aussi ses autres dimensions. Par exemple, on sait aujourd’hui clairement que le virus a une appétence très marquée pour les personnes déjà en mauvaise santé (personnes âgées, personnes souffrants d’autres pathologies). On sait aussi qu’il aime voyager mais on ne connait pas encore très bien la durée de ses séjours ou s’il aime revenir à un lieu déjà visité. Il existe aussi d’autres faisceaux de caractéristiques. Je vais focaliser sur l’une d’entre elle, qui est celle d’activité économique des régions les plus touchées (à ce jour). Voici les faits :

  • Le Covid-19 s’est manifesté dans la région de Hubei, l’une des plus riches provinces de Chine, à la jonction entre les pôles économiques du Delta du Yangzi et de Guangzhou.
  • Puis le virus a décidé de migrer en Lombardie (Italie du Nord, région la plus riche) et s’est bien gardé d’aller visiter l’Italie du Sud.
  • En Espagne, les deux régions les plus touchées sont celles de Madrid et la Catalogne (les plus riches). A ce soir, deux villes espagnoles sont toujours confinées (Madrid et Barcelone)
  • En Belgique, les Flandres sont beaucoup plus touchées que la Wallonie.
  • En France, la région la plus riche est durement touchée (région parisienne) alors que les provinces sont mieux préservées (hormis le Grand-Est).
  • En Allemagne, qui a eu la chance d’être relativement épargnée, les trois Länder les plus riches du pays sont les plus touchés (Rhénanie-duNord-Wesphalie, Bavière, Bade-Wurtemberg)
  • Au Royaume Uni, les deux zones les plus touchées sont Londres et Manchester, les cœurs économiques.
  • Enfin, la ville la plus touchée dans le monde est New York, qui abrite Wall Street, symbole du capitalisme (de l’ordre de 0.2 % de la population est décédé à ce jour).

La corrélation la plus nette que j’ai pu voir à ce jour est celle entre les dégâts du Covid-19 et celle du PIB (qui mesure l’activité économique), voir le diagramme ci-dessous (attention ce diagramme évolue chaque jour, on est le 23 mai 2020 aujourd’hui – demain ce sera peut-être une autre histoire) – diagramme en échelle log – diagramme en plus grand ici.

Le même type de tentative corrélation avec la densité d’habitants ne fonctionne pas du tout (voir ici).

Afin de mieux visualiser cette corrélation, j’ai agrégé les données par continents (et j’ai pris les États-Unis au lieu de l’Amérique du Nord), ça donne la courbe ci-dessous. J’ai mis abscisses le PIB moyen par continent (en kilo USD/habitant) et en ordonnées le nombre de décès normalisé à la population (par million d’habitants). La corrélation est encore plus évidente (là encore, se mettre en tête que c’est une photographie, réalisée le 22 mai 2020).

Pour conclure, il me parait clair que le Covid-19 est attiré par les centres économiques de notre planète. Il est assez cocasse de faire remarquer que ces régions les plus riches sont a priori aussi celles qui ont des systèmes de santé les plus performants et donc les mieux armées à lutter contre le virus. Finalement, je vais rejoindre les adeptes des théories du complot : il me parait évident que le virus du Covid-19 est une arme de destruction massive de l’économie de la planète et cherche à nous punir de nos dérives néolibérales !