bouh2On l’a appris récemment, l’IDEX à Toulouse c’est fini. Le projet n’aura pas passé le seuil de l’examen intermédiaire. Cet examen des IDEX évaluait« le temps et la  possibilité de faire la preuve de la crédibilité de leur projet et de l’atteinte de l’objectif : constituer une  université de recherche de rayonnement mondial disposant d’une puissance et d’un impact scientifique de tout  premier plan dans une palette étendue de champs de la connaissance » (source : communiqué de presse du ministère et du CGI, lire ici).

Dans le cas d’IDEX de Toulouse, le grand jury aura décidé « que l’objectif IDEX est impossible à atteindre sans une dynamique toute nouvelle et des mesures de rupture. Il a en effet considéré qu’on ne pouvait observer une adhésion des acteurs à une démarche de transformation conduisant à une université de recherche intégrée, visible au plan international et reconnue comme telle. Le respect des propositions du jury conduit donc à l’arrêt de l’IDEX, ce qui implique le retrait du label et de la dotation attribuée au projet (hors LABEX et IDEFI) » (même source que précédemment). Je mets ci-dessous le compte rendu du jury IDEX.

Stop_Uniti

Cette décision n’est pas forcement étonnante dans la mesure où Toulouse a opté pour une université fédérale, ce qui semble être en opposition avec le projet IDEX qui prévoyait la construction d’une université de recherche intégrée (et non pas une fédération de structures éclectiques).

Voilà donc que les sous de l’IDEX s’envolent de Toulouse pour voguer vers d’autres cieux (qui ne seront certainement pas ceux de l’ESR). C’est bien entendu la consternation chez les toulousains: « Nous sommes allés dans l’une des voies que l’État nous avait proposé, celle de la fédération qui nous permettait de mutualiser les moyens, de mieux nous concerter tout en respectant chaque entité et en conservant les écoles d’ingénieurs, très nombreuses sur notre territoire, dans notre fédération ce que ne nous permettait pas la fusion (source ici) ». Oui, bien entendu, une des voies possibles est une université fédérative (comme la confirmé la constitution des COMUE, celle de Toulouse étant confédérative), mais dans ce cas ce n’est clairement pas la voie de l’IDEX. Chacun est libre, semble-t-il d’aller où il veut … (y compris dans le mur). Il me semble qu’un des objectifs de l’IDEX était justement de fusionner les établissements d’un site …

Allez, KleeneX pour les Toulousains …