pecresse2« François Hollande avait promis monts et merveilles à la jeunesse de France. Lui président, elle serait sa priorité… Trois ans plus tard le masque est tombé et les espoirs déçus. En abandonnant l’université française, le Président de la République a abîmé ce que nos jeunes ont de plus précieux. A l’heure où le monde attend des jeunes motivés, formés, libres d’inventer, à l’heure où le marché de l’emploi exige des qualifications toujours plus pointues, les socialistes sacrifient nos universités. C’est incompréhensible et c’est irresponsable». C’est le paragraphe introductif d’une tribune par Valérie Pécresse, publiée sur le site du Huffington Post, lire ici.

Dans cette tribune, elle tire la conclusion d’un abandon des universités par le gouvernement actuel (budget à la baisse, difficultés financières, autonomie des universités bafouée, échec en licence …). En plus des difficultés financières, on pourrait rajouter aussi que l’ambiance actuelle est un peu morose. Rien ne vient égayer notre quotidien d’universitaire. Il n’y a aucun débat de fond et pas vraiment de ligne directrice. Même les nonistes sont atones, c’est dire s’il ne se passe rien actuellement dans les universités ! A l’époque de V. Pécresse, on s’amusait quand même un peu plus : on avait des débats sur l’autonomie des universités, sur l’excellence, sur le rapprochement universités-grandes écoles, sur le rôle des organismes de recherche. Mais aujourd’hui, tout cela est derrière nous, et la seule préoccupation du gouvernement semble être « surtout ne pas envoyer les étudiants et EC » dans la rue. Ah, si : il y a quand même eu la constitution des COMUE, une géniale idée pour empétrer encore un peu plus notre système de l’ESR dans les states administratives.

Mais heureusement, toujours vaillante et aussi flamboyante que dans le bon vieux temps (lire ici par exemple), Dame Pécresse est là (ou elle le sera bientôt si elle est élue) pour sortir les universités (franciliennes) du marasme dans lequel elles se trouvent : « La région deviendra un véritable partenaire des universités et de la recherche ». Tout d’abord, elle construira des clôtures. Ensuite elle formera un conseil de druides qui concocteront une potion magique qui sera administrée aux chercheurs afin qu’ils obtiennent des crédits du programmes H2020. Elle mijotera des chaires d’excellence, de quoi festoyer pendant des jours entiers à s’en faire éclater la panse. Et plein d’autres choses encore, à lire dans la tribune citée.

Juste un point de détail, la seule fausse note à ce programme réjouissant, lue dans le paragraphe introductif. Je me questionne un peu sur la justesse de cette phrase : En abandonnant l’université française, le Président de la République a abîmé ce que nos jeunes ont de plus précieux » …