peer_reviewQuand on veut publier un article scientifique, il est envoyé à un éditeur pour une évaluation. Celle-ci est une évaluation par les pairs (« peer review »), c’est-à-dire que le manuscrit est envoyé à des rapporteurs ou à un comité de lecteurs qui vont donner leur avis critique et faire des recommandations à l’éditeur (publication, publication mais avec révisions, rejet, etc …). C’est devenu un principe fondamental de la publication des travaux de recherche. Donc, quand on est chercheur, on publie des articles mais on participe aussi à l’évaluation des articles des collègues en vue de publication. Ce processus de review est bénévole et fait partie intégrante de la culture de la communauté scientifique.

Le système n’est bien entendu pas sans défauts et il peut y avoir des couacs (par exemple des expertises de mauvaise qualité, des conflits d’intérêt non déclarés, etc …). Un problème majeur est souvent sa lenteur, qui peut prendre plusieurs mois. Ça peut être de la faute de l’éditeur, des difficultés de trouver des reviewers ou bien des reviewers eux-mêmes qui tardent à envoyer leur rapport. Par ailleurs, on entend des critiques du système, comme par exemple le fait que les reviewers travaillent gratuitement pour des éditeurs qui s’en mettent plein les poches (on pense aux profits astronomiques d’Elsevier, par exemple – lire ici).

Récemment, j’ai reçu dans ma boite mail l’adresse d’un site, www.SciRev.sc, qui vise à faire partager les expériences de review des chercheurs. Il vise également à aider à sélectionner la bonne revue pour publier ses travaux (sous-entendu, celles qui sont rapides) et à faire un état des lieux du processus de review, revue par revue. Le site pense également que le système pourrait être fluidifié si les reviewers étaient payés pour leur travail, du moins s’ils le font dans les temps « To help speed up the scientific peer review process, SciRev aims to set up a paid review system in which referees get a fair payment for their work on the condition that they complete their review on time. We are aiming at USD 100 per review » (lire ici, news du moins d’octobre 2015). Payer les reviewers pour leur travail, c’est une idée que j’ai également entendu ici et là, en particulier lors de discussions sur les profits énormes des éditeurs scientifiques mastodontes. Pour ma part je ne pense pas que le payement des reviewers soit une idée fabuleuse, c’est plutôt une nouvelle porte ouverte à la segmentation des rémunérations à la micro-tâche ou à la feuille de temps. Le système actuel de bénévolat me parait plus sain et le moins pire de tous.