tvrealite« L’idée selon laquelle l’université ne serait pas sélective ne tient pas, puisque chaque année constitue un filtre de validation des connaissances ». Extrait du Rapport StraNES, par Sophie Béjean et Bertrand Monthubert (lire le rapport ici).

En somme, c’est acter le fait que l’université pratique le mode de sélection par l’échec. Cela contraste fortement avec l’approche des grandes écoles, qui préfèrent sélectionner à l’entrée sur prérequis et accompagner ensuite vers le succès.

On note que les auteurs du rapport tiennent des propos assez contradictoires. En effet, ils préconisent une sélection sur prérequis pour les bacheliers pros ou technos car la situation actuelle « génère de la souffrance pour ces jeunes qui se retrouvent en échec à l’université, et de la colère devant l’hypocrisie d’un système ». Que ce soit des bacs pros ou autres, l’échec provoque de la souffrance et quand on voit le taux de succès en licence, je doute que seuls les bacs pros soient concernés.

En somme, l’université c’est un peu la sélection des émissions de téléréalité. « Le nombre de candidats fait partie de la mécanique de jeu, par conséquent, il est susceptible d’être gonflé pour donner la mesure du défi » (Source ici). Rien à voir avec la sélection des GE donc, c’est bien le modèle de sélection absurde de l’université qu’ont adopté les programmes d’Endemol: on gonfle les effectifs (pour maintenir le programme à l’écran) et au final on élimine semaine après semaine avec un taux de réussite ridiculement bas.

Merci à Fubar pour le dernier paragraphe.