ere_glaciaireComme souvent avant une rentrée universitaire, la question des droits d’inscription a fait récemment débat sur la toile. Cette année, le débat a été lancé par un récent rapport de l’Igaenr (inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (lire le rapport ici). Dans ce rapport, on apprend que les droits de scolarité constituent une part assez faible de rentrée d’argent pour les universités (1,7 % des ressources). Le rapport suggère donc qu’ils pourraient être augmentés : « La modicité des droits pratiqués en France par rapport à d’autres pays européens justifierait que des projections soient conduites sur les conséquences d’un relèvement de ceux-ci. […] Porter par exemple l’ensemble des droits de scolarité à 1 000 € génèrerait un produit supplémentaire de 767 M€ pour les établissements ».

Hier, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, a mis un terme au débat en annonçant un gel du montant des droits d’inscription : « « C’est une décision en faveur du pouvoir d’achat des étudiants » (source ici). D’un autre coté, faute de moyen, mon université va probablement annoncer un gel (partiel) de postes sur la campagne d’emploi 2016, à cause d’un déficit type « GVT non compensé ». Gel pour gel, je pense qu’on voit poindre une ère glaciaire …