solidariteJe connais un labo (UMR très bien cotée) qui mutualise à fond son argent entre équipes, y compris des contrats, tout en s’assurant de pouvoir bien justifier les dépenses aux divers financeurs et en permettant à chacun de dépenser en gros ce qu’il a amené, un peu lissé dans le temps, modulo une taxe explicite de mutualisation. Cela suppose un accord entre les parties prenantes et une personne bien futée qui coordonne toutes les affectations dépense/ligne de crédit. Cela permet de ne pas se sentir obligé de cramer son budget annuel ou sur projet, quelqu’un d’autre l’utilisera, et mémoire est gardée que c’est un prêté pour un rendu – en exploitant au max la limite du justifiable au financeur capricieux (et surtout pas clair sur ce qu’il accepte). Cela évite ce que j’observe trop : même dans une équipe, c’est chacun son contrat, son pognon – et je ne parle pas de l’argent des CIFRE qui lui est géré ailleurs, sans visibilité aucune pour le ou la responsable d’équipe/labo. Bien entendu, une même approche est aussi mise en pratique pour les moyens humains, ce qui évite aux équipes de s’entredéchirer les postes ou les allocations de thèse. Maintenant que vous êtes arrivé jusqu’ici, sachez que tout cela n’était que fiction.

Ce billet est un copié-collé d’un commentaire déposé sur ce blog, très légèrement retouché.