CNULe bureau de la Commission permanente du Conseil national des universités (CP CNU) a produit récemment un rapport au sujet du recrutement des enseignants-chercheurs (lire ici). Pour résumer, elle revendique un rôle accru de ce CNU dans la procédure de recrutement, qui est actuellement (et depuis plus de 20 ans) délégué aux universités. Elle se revendique surtout comme étant une structure de défense du caractère national du statut des Enseignants‐Chercheurs, une agence de lutte contre les dérives localistes et les risques de différentiation des pratiques de gestion des carrières dans les universités « autonomes ».

Le rapport donne une longue liste de propositions pour « améliorer la qualification et le processus de recrutement des enseignants‐chercheurs » (voir liste ci-dessous). Ces propositions ne sont pas inintéressantes. La majeure partie d’entre elles revendiquent un renfort du rôle du CNU, à augmenter ses moyens, à faire du fichage des EC, d’uniformiser les pratiques et les procédures administratives.

Ce que le CNU oublie de préciser, c’est qu’en réalité et en dépit des grands discours, il n’est rien d’autre qu’une agence d’évaluation. Pour s’en convaincre, il suffit de lister ses champs d’action :

  • La qualification: le CNU elle donne (ou non) le droit aux candidats de concourir sur des postes, après évaluation des dossiers (deux paquets : les bons et les pas bons).
  • Les promotions: le CNU est responsable de la moitié des promotions des EC. Pour cela le CNU classe les dossiers. Donc le CNU est, en plus d’une agence d’évaluation, une agence de classement des personnels.
  • Les demandes de congés pour recherche et conversion thématique (CRCT)  là encore, comme il y a plus de demandes que de possibilités, le CNU classe.
  • Les primes: depuis peu, le CNU s’est récupéré les dossiers des demandes de primes (sauf pour les rares universités qui préfèrent faire ça en interne). Le CNU classe ces dossiers en trois catégories : catégorie A (très bons dossiers), catégories B (bons dossiers) et catégorie C (les gros nuls). Donc en plus d’être une agence d’évaluation, le CNU est aussi une agence de notation des personnels.
  • L’évaluation individuelle des personnels : comme les EC ne sont pas tous évalués (ils ne sont seulement à leur demande lors d’une des sollicitations pour l’un des 4 points précédents), le CNU s’est vu confié une mission d’évaluation (à la demande du ministère) de l’ensemble des personnels (un peu comme le fait le CNRS pour ses agents), mission qu’il a accepté. Mais à ce jour, et à ma connaissance, cette évaluation des personnels n’a pas été mise en place. La question centrale qui se pose est la suivante : une évaluation mais pour quoi faire ensuite avec les résultats de cette évaluation ? Le ministère, comme le CNU, n’a pas apporté la réponse à cette question …

******************************************************************

Liste des propositions du CNU, lire ici pour avoir des détails.

La qualification

  • Proposition 1. Conditionner les exceptions à la qualification à l’évaluation scientifique du CNU
  • Proposition 2. Revoir la procédure de traitement des dossiers « Hors section »
  • Proposition 3. Harmoniser le contenu du dossier de demande de qualification

Fonctionnement des sections

  • Proposition 4. Renforcer la déontologie
  • Proposition 5. Donner à la CP‐CNU des moyens techniques pour améliorer la transparence
  • Proposition 6. Donner à la CP‐CNU les moyens d’harmonisation
  • Proposition 7. Reconstruire le fichier national des enseignants‐chercheurs
  • Proposition 8. Revoir la taille des sections et leur périmètre
  • Proposition 9. Réattribuer au CNU les changements de section
  • Proposition 10. Réfléchir à la présence des suppléants et aux nominations
  • Proposition 11. Réattribuer à l’administration l’étude de la recevabilité des dossiers
  • Proposition 12. Harmoniser les textes réglementaires
  • Proposition 13. Elaborer un vrai statut de l’élu
  • Proposition 14. Revoir le calendrier pour l’envoi des pièces complémentaires

Recrutement des enseignants‐chercheurs

  • Proposition 15. Développer une programmation pluriannuelle d’emplois
  • Proposition 16. Recruter au plus près de la thèse
  • Proposition 17. Revoir la composition et le fonctionnement des comités de sélection
  • Proposition 18. Instaurer un concours national pour les disciplines rares
  • Proposition 19. Supprimer le recrutement dit « au fil de l’eau »
  • Proposition 20. Eviter le fléchage trop ciblé des postes

La thèse et l’HDR

  • Proposition 21. Harmoniser les pratiques des Écoles Doctorales et des commissions Recherche
  • Proposition 22. Harmoniser l’autorisation d’encadrer et co‐encadrer masters et doctorats
  • Proposition 23. Proposer expérience et formation à la pédagogie aux doctorants qui le souhaitent
  • Proposition 24. Revoir la durée des contrats doctoraux et préciser les attendus des HDR

Propositions relatives à l’attractivité du métier d’EC et à leur carrière

  • Proposition 25. Développer les Congés pour Recherches et Conversion Thématique (CRCT)
  • Proposition 26. Mettre en place la formation continue des EC
  • Proposition 27. Transformer en PR, les MCF‐HC, HDR et qualifiés
  • Proposition 28. Augmenter les taux de promotions
  • Proposition 29. Développer une vraie politique de mutation
  • Proposition 30. Supprimer le « plafond de verre » qui freine la carrière des femmes