mojitoBien confortablement installée dans une chaise longue, Rachel sirotait un mojito en compagnie de la princesse Leila. Pour mémoire, Rachel avait abandonné les terriens pour aller secourir la princesse Leila qui avait été capturée par le démoniaque Zroc, le despote des palcanoïdes. Le sauvetage avait été l’un des feuilletons de l’été de la région des Astréïdes. Rachel se demandait tout de même si la princesse Leila et le pirate Zroc ne seraient pas coincés dans une boucle temporelle car c’est la deuxième année consécutive qu’elle portait secours à la princesse, dans le même contexte. A surveiller …

Sa mission brillamment achevée, elle se demandait ce qu’elle allait faire dans un futur proche car elle sentait bien que cette période d’inactivité ne pourrait pas se prolonger bien longtemps. Plusieurs options s’ouvraient à elle. Elle pourrait, par exemple, rester avec la princesse Leila. Il y avait beaucoup d’avantages à cette option : la princesse Leila était très belle (comme beaucoup de princesses) et se coulait une vie très douce (hormis les périodes d’imprudence où elle se fait capturer par des méchants pirates de l’espace). Le problème, c’est que la princesse est particulièrement bavarde sur des sujets souvent un peu futiles. Une autre option serait de prendre sa navette et partir seule au hasard dans la galaxie. La solitude et le silence, voilà quelque chose qui la tentait bien et elle trouverait certainement de quoi s’occuper.

Une autre possibilité encore serait de revenir auprès des terriens et de contractualiser une année supplémentaire avec l’OGU (observatoire galactique des universités). C’était l’option la moins facile car elle restait sur cinq années d’échec. En effet, pour comprendre quelque chose aux universités, il faut vraiment se lever de bonne heure (du moins dans la région trouble qui lui a été signalée par l’OGU). Par ailleurs, l’environnement des terriens devenait compliqué et dangereux, avec le permafrost sibérien qui va bientôt sauter comme des bouteilles de champagne ou la proche future guerre mondiale entre les nouveaux états islamiques et le monde occidental. Bref c’était peu engageant.

Elle pourrait reprendre son blog, Gaïa Universitas, qu’elle avait laissé en désuétude fin juillet. En jetant un œil dessus, elle voyait que les commentateurs étaient toujours là, blablatant sur l’actualité de l’ESR. Fin juillet, elle avait aussi appris que les gens qui fréquentaient Gaïa ne venaient pas pour ses billets mais pour les discussions qui s’y développaient. Bref si tout le monde s’en fout de ses billets, elle ne voyait pas bien l’intérêt d’en écrire de nouveaux. Il suffit que les gens discutent de tout et de n’importe quoi sur le dernier, celui de fin juillet. Justement, en lisant les commentaires de ce dernier billet, elle constata que le gouvernement avait changé. Elle ne comprenait pas bien pourquoi mais peut-être que ça donnait l’illusion d’un monde en « mouvement ». Il y avait eu certainement une petite crise estivale. G. Fioraso est restée, fidèle au poste. On va pouvoir voir comment elle s’en sort avec sa bombe à retardement (les ComUE).

Le problème de revenir sur terre, c’était que Rachel n’avait plus trop d’idées sur le « comment faire pour y comprendre quelque chose à l’ESR français ». Il lui semblait qu’elle avait tout tenté et elle avait du mal à trouver des idées originales de billets. Mais elle se souvient aussi d’un des dictons de son grand père, qui disait « faire et défaire c’est toujours avancer ». De son coté, sa grand-mère disait « enseigner c’est répéter ». Alors …

Alors, pour le meilleur mais surtout pour le pire, Rachel est de retour !