comueFinalement, G. Fioraso est en train de réussir son pari des ComUE (communautés d’universités et d’établissements). Les uns après les autres, les différents CA des futurs membres votent les statuts de leur ComUE. On aurait pu craindre quelques difficultés après les agitations du mois d’avril. Rappelons qu’à cette époque, il y a eu une pétition anti-ComUE (pour ne pas dire anti-Fioraso) pour rejeter ces ComUE. Il y a eu aussi des motions de collectifs/UFR et des prises de positions de syndicats. Cette mobilisation se sera avérée insuffisante pour contrer ce projet de ComUE (par ailleurs inscrit dans la « loi Fioraso »). Bien entendu il y a quelques retards car certaines universités ont reporté le vote des statuts au mois de septembre (j’imagine qu’elles ont eu l’autorisation de dépasser le délai par le ministère, car le délai était aujourd’hui, si je ne me trompe pas).

Ces ComUE voulues par G. Fioraso, ça m’a toujours paru un pari risqué et j’ai encore un peu de mal à bien comprendre l’objectif final. Bien entendu cela a été expliqué (favoriser la coopération entre établissements, favoriser l’autonomie de groupements d’établissements, la cohérence des sites, etc …). Pendant une période, je pensais que c’était un acte de décentralisation, pourtant anti-phasé avec le thème de « l’Etat stratège » martelé par la Ministre. Ce qui est certain, c’est que les régions vont certainement avoir un poids beaucoup plus important à jouer dans le pilotage de leur périmètre ESR car la structuration ComUE est largement profilée par des contours régionaux (sauf à Paris, où ça parait un peu plus complexe, bien évidement). A paris, j’avais pensé qu’on profiterait des regroupements pour fabriquer plusieurs universités omnidisciplinaires. Mais ça ne semble pas être le cas. Enfin, peut-être que « l’ambition ComUE » était de favoriser les fusions sans le dire, par une sorte d’étape intermédiaire mais qui serait en réalité un sorte engrenage sans retour arrière possible. Si c’est le cas, alors G. Fioraso aura réussi l’impensable : mettre fin à l’univers fragmenté et contre-productif de notre ESR !

Mais on peut craindre que le succès des ComUE ne pourra pas se fêter au lendemain de la finalisation des votes des statuts (qui semblent quasi acquis). Il va maintenant faire fonctionner ces ComUE. Le vrai premier test sera celui du budget 2015 des universités. Ce sont les ComUE qui devront distribuer le pactole aux différents membres et là on peut craindre que ça soit tendu. A mon avis, pour cette première année le ministère sera très directif et fléchera ses moyens (mais en a-t-il le droit ?). Le pire serait que les crédits de fonctionnement soient en baisse. Il faudra alors faire des économies, mutualiser des formations, peut-être même en fermer … Les CA de ces ComUE risquent alors d’être explosifs et le moindre petit couac sera repris en boucle et amplifié à l’infini sur les blogs et réseaux sociaux. Bref les ComUE de G. Fioraso, c’est d’la bombe !