bourbakiEn ce moment les médias parlent abondamment des mauvais résultats des jeunes Français aux tests PISA, en particulier en mathématiques. Mais peu de ceux qui élaborent de savantes conclusions à partir des résultats PISA ont eu la curiosité de regarder par eux-mêmes ce qu’étaient les tests en question. Si vous allez ici (exemples de questions posées en mathématiques du test PISA) et si vous rendez ensuite visite au site de l’APMEP (Association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public) qui « souligne la différence entre l’enseignement français, soucieux de développer l’« accès à l’abstraction, à la symbolisation, à la rigueur » et l’enseignement des mathématiques appliquées au réel et aux situations concrètes tel qu’il se pratique dans d’autres pays » vous aurez tout compris. Comme aurait chanté Gavroche : C’est la faute à Bourbaki !
D’où deux suggestions pour faire progresser les petits Français dans le classement PISA :

  • 1ère proposition : confier l’enseignement des mathématiques au moins jusqu’à la fin du collège à des professeurs de physique ou à des ingénieurs,
  • 2ème proposition : (plus difficilement applicable puisqu’elle impose un contrôle) : exiger des professeurs de mathématiques que lorsqu’ils enseignent une nouvelle notion de mathématiques, ils passent autant de temps à en montrer des applications concrètes (ce qui d’ailleurs aurait bien embarrassé les professeurs de terminale qui il y a quelques décennies passaient pas mal de temps à enseigner une géniale transformation géométrique appelée « Inversion » dont je ne connais aucune application …).

Ce billet nous est proposé par François

Publicités