tirageausortLa filière STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) à l’université semble connaitre un beau succès. Il y a plus de candidats que de places disponibles. Il faut dire que cette filière ne souffre pas de la concurrence avec les grandes écoles, avec pour conséquence une désertification des filières scientifiques (physique, maths, chimie, …). Etant donné que la loi interdit toute sélection, les responsables des filières STAPS se trouvent dans l’embarras.

Ce vendredi 12 juillet, le JT de 20 h de France 2 fait un petit reportage sur la question, à l’UFR STAPS de Poitiers. Dans cette UFR, il y a 560 demandes mais seulement 314 places. Interview du doyen de la faculté, comment fait-il pour choisir les étudiants ? : « Il n’y a pas de critère de niveau sportif, de niveau scolaire,  de notes, ou de type de bac. C’est la solution la moins mauvaise ». La solution la moins mauvaise … on croit rêver. Comment peut-on en arriver à de tels propos absurdes ? Laisser le hasard décider de qui pourra ou non suivre un cursus serait la solution la moins mauvaise ? Les responsables des filières sélectives (prépas, GE) doivent se tordent de rire ! Deux univers, deux cultures …

Interview d’un étudiant, super chanceux. Son nom a été tiré au sort et il est donc autorisé à s’inscrire: « je trouve ça bizarre ».

Autre témoignage à Montpellier, par Didier Delignière, sur son blog (lire ici). Dans son UFR, il y a 650 places mais 3273 candidats. Là encore c’est le « tirage au sort aveugle » qui semble avoir été choisi.

Advertisements