champomyC’est fait ! La « loi Fioraso » a été votée cet après-midi à l’assemblée nationale. Elle devait être une grande loi de l’ESR mais au final elle parait bien terne. Elle s’est rapidement transformée en petite loi « Fioraso » avec un champ d’action qui se limite au périmètre du MESR (en prenant bien garde de ne rien changer aux organismes de recherche ou aux écoles). Au final, la loi n’aura guère concerné que les universités, avec certainement un mot d’ordre venu d’en haut: pas de remous ! Cette loi, préparée par des assises nationales, se voulait emporter l’adhésion et l’enthousiasme de tous. Au final, elle aura été discutée dans une indifférence quasi générale, que ce soit des hommes et femmes politiques, de la société civile ou bien des universitaires. Heureusement, deux faits sont venues l’égayer un peu : la polémique sur « l’anglais à l’université » et sur les dernières langueurs, la « crise de la qualification » (du pur bonheur !).

Aujourd’hui, c’était la foule à l’assemblée nationale pour le vote solennel de la loi, comme en témoigne la photo ci-dessous (capture d’écran). Même la ministre concernée est arrivée très en retard …

AN9juillet2013

Pour fêter le vote de l’assemblée nationale, je propose aujourd’hui un petit quiz festif. Qui sont les auteurs des petites phrases ou titres de tribunes consacrées à la nouvelle loi ?

  1. Les limites d’une loi qui ne règle rien
  2. Ligne Fioraso, ligne Maginot …
  3. On risque de retomber dans une ère glaciaire
  4. On repart vers l’immobilisme
  5. Cette loi est une loi de régression, qui n’a aucune ligne directrice, qui est sinueuse, qui ne fait que des demi-choix
  6. La loi traduit la seule vision de la ministre sur la recherche et ne résout absolument rien.
  7. Depuis une trentaine d’années, le système universitaire français se déforme plus qu’il ne se réforme
  8. Le projet de loi manque d’ambition et contient quelques ‘poison pills’
  9. La nouvelle loi ESR qui marque un recul de l’autonomie des universités
  10. Le projet de loi ESR met en oeuvre une vision centralisatrice peu propice à l’autonomie
  11. Pas assez vite, pas assez loin et pas assez au cœur du système universitaire
  12. La tutelle administrative est trop lourde. Elle ne l’a jamais été autant depuis l’époque napoléonienne

Bref la loi Fioraso est votée ! Et ça se fête avec du champomy (qu’on aura pris soin de faire dégazer avant …). Vive la nouvelle loi ! hips !

Advertisements