Terra_nova« L’Etat a une responsabilité première en matière d’enseignement supérieur et de recherche : si nous attendons beaucoup de l’Etat, nous n’en attendons pas tout ; nous ne pensons pas que les lois règlent tout. Quand l’Etat veut tout contrôler, même au nom d’un idéal d’égalité, il impose une morne uniformité qui n’a rien de républicain. La conduite des systèmes complexes, et l’enseignement supérieur et la recherche en constituent un exemple, nécessite qu’il y ait tout à la fois des objectifs globaux clairement définis, et une capacité pour les acteurs locaux de contribuer à leur réalisation en adaptant leur mode d’action à la diversité de leur environnement.

« La seule vraie question est de savoir comment l’État peut et doit assumer son double rôle, à la fois incitatif et régulateur, en matière de structuration du système d’enseignement supérieur et de recherche, en laissant aux acteurs, que ce soit les institutions ou les universitaires et chercheurs eux-mêmes, l’autonomie nécessaire pour favoriser le bon usage de leurs capacités d’initiative ».

« Dans un système morcelé depuis toujours, et qui sort des années Sarkozy traumatisé et meurtri, un système dont les acteurs ont été déstabilisés tant par la nature que par le rythme des mutations récentes, on attendait des Assises, puis de la loi sur l’Enseignement supérieur et la recherche, non seulement une rectification des effets les plus néfastes des réformes précédentes, mais aussi une simplification dans son organisation, une clarification des fonctions attribuées aux uns et aux autres, et plus encore un nouveau souffle et de nouvelles ambitions ».

Source: introduction d’une note de Terra Nova (think tank de la gauche progressiste), du 11 mars 2013 et titrée « Loi sur l’enseignement supérieur et la recherche : de réelles avancées et des points en suspens ». Dans cette note, Terra Nova distribue les bons points et les points de vigilance (c’est-à-dire là où la copie pourrait être améliorée, voire revue). Les grands thèmes du projet de loi sont discutés (parité, évaluation, transfert technologique, communautés d’universités, gouvernance, …). Ce billet est donc une invitation à la lecture de cette note et de discussion sur son contenu (de la note ou de la loi ESR sur ces différents thèmes).

Publicités