« Prenant appui sur la consultation des sections, la commission permanente du Conseil national des universités (CP-CNU) affirme son opposition à la mise en place d’une quelconque procédure individuelle, systématique et récurrente, tant locale que nationale, d’évaluation des enseignants-chercheurs. En effet, chaque universitaire est déjà évalué à travers les qualifications, les promotions, les publications. Elle demande en conséquence la suppression de l’article 7.1 du décret n° 84-431 du 6 juin 1984, modifié par le décret n° 2009-460 du 23 avril 2009 (décret Pécresse), instaurant l’évaluation quadriennale des enseignants-chercheurs ». Motion adoptée lors de l’assemblée générale de la CP-CNU du 5 octobre 2012 (source ici)

Cette motion mérite une petite discussion sur plusieurs points :

  1. « chaque universitaire est déjà évalué à travers les qualifications, les promotions, les publications ». Le CNU fait une erreur en disant cela, car ce n’est pas vrai. On peut parfaitement échapper à l’évaluation quand on est universitaire. Pour cela c’est très simple. Il suffit de ne pas faire de recherche et de ne pas demander une promotion. On rappelle que les enseignements ne sont pas évalués (contrairement à la recherche).
  2. Personnellement je me demande si vraiment c’est au CNU de faire cette évaluation. Le CNU n’a aucun élément pour juger de la qualité des enseignements dispensés (contrairement à l’établissement). Elle n’a aucun élément non plus pour juger de la qualité du travail d’administration de l’enseignement ou de la recherche. Quant aux publications, c’est évaluer quelque chose qui a déjà été évalué (un peu redondant, je trouve …). Ceci est discuté avec plus de détails ici.
  3. Dans ces discussions sur l’évaluation, on oublie quasi-systématiquement de préciser à quoi servira cette évaluation. En admettant que le CNU le fasse, à quoi cela servira-t-il ? À l’établissement d’appartenance des EC, qui pourra alors adapter le service des EC en fonction des résultats de l’évaluation ? Ou alors un truc pour l’EC en question, une feuille de route confidentielle ? Ce n’est pas clair pour moi …

Ceci dit, n’allez pas croire que je sois contre une « évaluation » des EC. Quand on fait un métier de service public, il me parait sain qu’il y ait régulièrement un petit bilan d’étape afin de vérifier que le service est correctement rendu. A mon sens, ça devrait être sur un format très léger, au plus de quelques pages, et qui serait davantage un « bilan d’étape » qu’une « évaluation ». Ça pourrait contenir (1) un court résumé du parcours universitaire, ½ page max, (2) un court résumé des travaux de recherche récents, disons 4-5 ans, sur une page max. (3) un court résumé des objectifs à 4-5 ans, ½ page max. Puis la liste des travaux (publications, conférences, etc .., ainsi que les indicateurs bibliométriques). En cas de problème, suite à une fiche anormale (par exemple absence de travaux de recherche publiés), alors on peut creuser et chercher à comprendre pourquoi. Et enfin, le déploiement de solutions d’ajustements pour les  situations anormales.

Advertisements