Hier la justice italienne a condamné à 6 mois de prison ferme sept scientifiques de la commission nationale de des grands risques. On les accuse de ne pas avoir prévu le tremblement de terre de L’Aquila en 2009 (plus de 300 morts). Les victimes ont maintenant leurs coupables de ce désastre, la vie peut continuer. Bien évidemment la communauté scientifique se mobilise pour dénoncer cette condamnation, on ne compte plus les interventions en ce sens, par exemple : « Imaginez qu’un État condamne un météorologue parce qu’il n’a pas prévu l’exacte route d’une tornade, un épidémiologiste parce qu’il n’a pas mis en garde contre tous les effets d’un virus ou un biologiste parce qu’il n’a pas alerté sur les risques d’attaque d’un ours » (source ici).

Si la situation perdure, je suggère une montée en puissance des scientifiques sur le thème du prudentiel:

Demain, un météorologue émet une alerte générale au sujet d’une probabilité non nulle d’orages très violents suivis de chutes de grêlons gros comme des ballons de basket-ball. Restez chez vous, on ne sait jamais …

Après demain, un planétologue recommande de faire évacuer toutes les grandes villes car à tout moment un astéroïde peut venir s’écraser sur terre. L’évacuation des grandes villes permettra de diluer les humains sur le territoire et ainsi de limiter le nombre de victimes.

Deux jours après, un épidémiologique préconise de mettre en quarantaine illimitée tout le continent africain à cause d’un risque de propagation du virus Ebola. On en profitera également pour interdire tous les rapports sexuels sur la planète pour cause de risque d’attraper le Sida, y compris les rapports qui sont protégés car le polymériste ne peut pas exclure une rupture imprévue de latex.

On n’est jamais trop prudent …

Advertisements