« Malheureusement (ou pas?), dans de nombreux projets collaboratifs avec des industriels, cent fois on avait préparé des slides pour expliquer nos contributions scientifiques, de manière sympathique et légère, avec des belles figures, en cachant toutes les difficultés, et presque toujours, on sent une indifférence polie de la part des ingénieurs (techniques) des boites à comprendre ce qui est raconté, le “comment ça marche/pourquoi ça marche”. Il y a un intérêt réel, mais je suis à peu près certain qu’il est organisé autour d’une boite noire : qu’est-ce qu’on a en entrée, qu’est-ce qu’on a en sortie, est-ce que ça marche bien, comment est-ce que je peux construire un modèle économique avec ça, pour le vendre à mes clients, pour le vendre à ma business unit. Les académiques “techno-théorique” sont d’ailleurs incités à participer à la réflexion sur ce modèle économique… J’ai la vague impression que “monde rapide” (c’est quoi exactement ? Un sentiment ou une réalité ?) encourage à penser vite et simple, par boites noires, et est un des facteurs de désaffection envers la science. »

Source: un commentaire dans ce blog

Publicités