Cela peut faire partir des projets de nouvelle année… En l’occurrence il s’agit ici d’un projet, rapporté par l’International Herald Tribune  dans un article publié lundi (lire ici) d’un projet de la Northeastern University, université urbaine bien connue de Boston. Cette dernière y a placé son campus, non loin du Musée des Beaux-Arts et de la salle de concert de l’orchestre symphonique en 1898 et compte aujourd’hui plus de 19000 étudiants. Or voici que Northeastern a décidé d’étendre ses activités au delà de son champ géographique habituel, pourtant inscrit dans son nom. Elle ouvre un nouveau campus qui a vrai dire pourrait s’appeler « Southeastern » à Charlotte, en Caroline du Nord, État par ailleurs non dépourvu d’institutions universitaires telle que la UNC et Duke. Il ne s’agit pas ici non plus d’une transposition par Northeastern du système de campus multiples caractérisant certaines des universités d’État, comme par exemple le système californien. Il s’agit bien d’ouverture de nouvelles antennes, plus comparable à ce qui se fait avec l’implantation de programmes universitaires à l’étranger, le Moyen-Orient et l’Asie étant les nouvelles zones d’accueil d’institutions bien connues.

Le projet de Charlotte n’est pas le seul puisque Northeastern prépare l’ouverture d’un troisième campus à Seattle pour l’an prochain, et étudie d’autres antennes au Texas, au Minnesota et dans la Silicon Valley.

L’article souligne que Northeastern est connue pour des cursus qui incluent beaucoup de travail extra-universitaire, c’est à dire l’importance de l’expérience professionnelle et les stages. Les formations qu’elle compte offrir dans ses nouveaux campus sont en lien avec des activités importantes en relations avec les industries, services et bassins d’emplois typiques de Charlotte, Seattle ou Austin. Il y est question, notamment, d’un cursus en cybersécurité. Les cours incluront de l’enseignement à distance ainsi que des turboprofs envoyés depuis le campus bostonien. Cette démarche s’inscrit aussi dans une expansion générale, incluant un investissement de 60 millions de dollars et s’est aussi traduit par l’engagement de 261 nouveaux enseignants depuis cinq ans.

D’autres universités jouent de leur marque pour s’implanter dans de nouvelles aires géographiques: Cornell quitte ainsi son emplacement rural du nord de l’État de New York pour ouvrir une nouvelle antenne dans New York City même; la Wharton School of Business de l’Université de Pennsylvanie prépare son arrivée à San Francisco.

Ces travaux d’agrandissement paraissent envisageable ou ces universités jouent de leur marque autant de leurs capacités propres. Elles ont des images autant que de services compétitifs à offrir à un public et à un emplacement bien plus larges que ceux de leurs origines.

C’est un contraste intéressant, digne d’une autre planète, par rapport au localisme fortement affiché de la plupart des institutions françaises, conçues elles comme des services de proximité.

Advertisements