En juin dernier j’ai accueilli un collègue américain pendant quelques jours. Il m’a fait le plaisir de s’arrêter chez moi alors qu’il faisait un tour d’Europe. A la fin d’un repas, on discutait d’universités et de nos petits problèmes respectifs. Il m’a alors raconté une anecdote que je trouve intéressante. Ce collègue vit avec une européenne et vers la fin de leur première année civil en couple, mon collègue sort son carnet de chèques pour en signer un avec une somme rondelette, à destination de son université d’origine. Sa compagne était alors très étonnée et ne comprenait pas la raison de son geste. Avait-il des dettes envers cette université, qui a fréquenté alors qu’il était étudiant ? Souhaitait-il acheter toute la collection de fanions et de mugs ? Mais mon collègue lui a expliqué : « none of this, Darling, but they educated me! ».

Advertisements