Le colloque de la CPU vient de se terminer. Il était consacré au cycle Licence. D’après EducPros, dans un premier article sur le bilan du colloque, la CPU met en avant deux novations (lire ici).

Pour la première novation, « la CPU défend un continuum de la seconde au bac+3 ». En lisant cette phrase, j’ai la désagréable sensation que l’on met un premier pied dans cette fameuse secondarisation du premier cycle de l’enseignement supérieur que nous discutons souvent sur Gaïa. Mais la mesure phare correspondrait à la construction d’un parcours d’orientation au fur et à mesure des trois années de lycée. C’est donc plutôt un travail pour les lycées, pas sur la licence. Certes des universitaires pourraient intervenir davantage pour glorifier la licence auprès des étudiants …

Une phrase étonnante, de la part de Daniel Filâtre, président de Toulouse le Mirail et responsable de la commission pédagogie au sein de la CPU : « tout jeune qui arrive en seconde est destiné à obtenir un diplôme de l’enseignement supérieur ». Là j’avoue ne plus comprendre. On avait pour objectif d’amener 80 % d’une classe d’âge au bac, puis celle de 50 % d’une classe d’âge diplômés du supérieur. Est-ce que la CPU rehausse cet objectif ? Est-ce une boulette de la part de Monsieur Filâtre ? Est-ce une erreur de retranscription de la part d’EducPros ? Mais d’un autre coté, cela va très bien avec le discours de l’UNEF qui milite pour « Le diplôme de licence : un défi pour la réussite de tous » (lire ici).

La deuxième novation concerne cette fois directement la licence. Là encore EducPros cite Daniel Filâtre : « Comme nous avons su mettre en place des équipes de recherche, il nous faut des équipes pédagogiques avec un mode d’organisation spécifique, pour la licence ». Cette deuxième mesure phare concerne donc la proposition de mettre en place des équipes pédagogiques en licence. La CPU demande aussi des PEP (prime d’excellence pédagogique) pour motiver les troupes. Là encore, je suis quand même un peu étonnée. Sans vouloir laisser penser que tout fonctionne à merveille actuellement et qu’il n’y a rien à améliorer (bien au contraire), je pensais que ces équipes existaient déjà … peut-être suis-je dans un établissement d’exception, immergée dans une sorte d’expérimentation pilote de l’extrême sans que je le sache ?

Pour résumer, ce premier retour du colloque de la CPU me parait assez terne … Mais soyons patients, nul doute que l’ambition de la CPU pour la licence sera présentée très prochainement.

Publicités