On connaît donc à présent les résultats du grand concours des Labex. 100 projets ont été retenus et ont reçu le label d’excellence. Certes on ne peut pas tous être excellents mais la pilule est lourde à digérer pour les gros nuls non-excellents. Prochainement les porteurs des projets vont recevoir leur relevé de notes avec des commentaires sur leurs projets. En attendant, le Prof Manuel Velarde, président du jury Labex, donne un avis général de la classe : « certains textes de projets étaient trop longs, l’essentiel était noyé dans une foule de détails sans intérêt pour l’évaluation de la qualité scientifique par les rapporteurs ou les experts externes. D’autres ne présentaient pas de véritable programme de recherche. D’autres enfin, vides de contenu, faisaient cependant preuve d’une grande arrogance » (lire ici) . Ces jugements me paraissent sévères, j’ai du mal à croire que des laboratoires ont pu fournir des dossiers « vides de contenu ». Quand à l’arrogance, c’est certainement une question d’appréciation mais il faut reconnaître que tout était fait pour l’exacerber dans l’appel à projet.

Le jury a classé les projets en trois paquets, donc avec trois notes (A, B et C). Sur 241 projets, 83 ont reçu la note A. Ceux là sont les gagnants. Ensuite il a des projets qui sont classés B « en raison de défauts sérieux de fond et/ou de forme (par ex manque de projet cohérent de recherche avec la synergie requise) ». Si j’ai bien compris, le gouvernement a rattrapé 17 de ces projets pour leur donner le label, sur proposition du président du jury, portant le nombre total à 100. Enfin des projets sont classés C, ceux là vont percevoir leur échec comme une humiliation …

Le lecteur pourra également lire (ou relire) mes billets sur cette opération grand emprunt: Equipex (hélas pas retenu !), Labex (allez oust les gros nuls!), Idex (le plan social de la science ? témoin de petits meurtres entre collèges, le grand salon de l’idex), Emulex, Pilotex … bref la collection presque complète ! …un grand emprunt diabolique

Publicités