Par Bertrand Monthubert, secrétaire national du PS à l’enseignent supérieur et à la recherche, à propos du « grand emprunt » (ici): « Si la gauche gagne en 2012, il faudra tout reprendre. La logique du grand emprunt devra être abandonnée, au profit de la mise en oeuvre d’une politique scientifique élaborée de façon transparente et démocratique. Les financements affectés aux projets retenus devront être passés en revue, et soumis aux conseils des universités et organismes de recherche. Et surtout, il faudra construire une politique de confiance vis-à-vis des chercheurs, aujourd’hui victimes d’une ruée vers l’or aussi illusoire que celle qui agita le Far-West. »

Publicités