Avant hier je vous ai proposé un billet titré « on ne sélectionne pas à l’université ». En fait ce n’est pas tout à fait vrai. Aujourd’hui je vous propose une plongée surréaliste dans les pratiques universitaires. Vous n’allez pas en croire vos oreilles !

Figurez-vous qu’à l’université il existe un cycle de formation appelé « master ». L’accès à ce cycle est non sélectif mais la sélection s’opère très souvent en plein milieu de la formation, c’est-à-dire à l’entrée du M2. Après une longue enquête, j’ai pu identifier l’origine de cette curiosité. Il y a fort longtemps, le master n’existait pas. Le premier et le second cycle étaient découpés en DEUG, licence, maîtrise et DEA/DESS. Les trois premiers diplômes étaient non sélectifs et seuls les DEA/DESS l’étaient (année du bac +5). Avec la réforme du LMD, cela a été transformé en licence + master, ce dernier étant le rassemblement de la maîtrise (non sélective) et du DEA/DESS (sélectif). Plutôt que d’adapter les pratiques sélectives aux nouveaux diplômes, les universitaires ont laissé la barre sélective à l’entrée du bac+5, soit en plein milieu du cycle de formation ! Surprenant, non ?

Advertisements