Existe-t-il une corrélation entre le nombre de citations d’un article et le nombre d’auteurs dudit article ? Dans un contexte où les indicateurs bibliométriques prennent de plus en plus d’importance, cette question devient importante à tout chercheur souhaitant réfléchir sur sa stratégie de publication (gros enjeux pour les promotions et primes). Un chercheur en astrophysique s’est amusé à étudier cette éventuelle corrélation (lire le texte complet de l’étude ici, sur arXiv). Dans sa discipline, il a effectivement confirmé une corrélation positive entre le nombre de citations des articles et le nombre d’auteurs. Mais la pente n’est que faiblement positive. Typiquement le nombre de citation double quand le nombre d’auteur est dix fois plus élevé (voir courbe ci-dessous, issue de l’article cité plus haut). Il a constaté que dans sa discipline, la grande majorité des articles sont écrits par un nombre limité d’auteurs (2 à 3 auteurs est le plus fréquent). Il a aussi mis en évidence qu’il n’y avait pas de corrélation entre le nombre d’auteurs et la longueur de l’article (lire ici pour un billet sur la corrélation entre la longueur d’un article et le taux de citations des articles).

Pour les articles à multiples auteurs, la situation n’est pas très facile quand il s’agit de faire une évaluation individuelle des chercheurs. C’est ce que signale l’Académie des Sciences dans une récente publication « Du bon usage de la bibliométrie pour l’évaluation individuelle des chercheurs »  (lire ici et ici pour le rapport de l’académie). En effet, comment évaluer la contribution des individus dans les travaux de recherche dans des situations d’articles à multiples auteurs ? Faut-il pondérer l’article par le nombre d’auteur ? Dans ce cas, un article avec 5 auteurs compterait seulement pour 1/5 d’article pour chacun des auteurs ? L’ordre des auteurs a-t-il de l’importance ? A ce sujet l’académie des sciences souligne la très forte disparité de pratique entre les disciplines « La place du chercheur évalué au sein des signataires d’un article peut avoir, dans certaines disciplines et en particulier en biologie, une importance considérable par rapport à sa contribution personnelle et en conséquence à la notoriété qu’il peut en tirer. Des efforts importants doivent alors être faits pour ne pas mettre au même niveau, dans les calculs bibliométriques, tous les articles d’un auteur indépendamment de sa place parmi les signataires, tout en reconnaissant la difficulté d’intégrer cet élément dans ces calculs. Plus généralement, il serait utile que les listes de publications précisent la contribution exacte de chaque auteur, en tout cas pour ce qui concerne les « listes courtes » produites par les candidats. Cette question devrait faire l’objet d’une réflexion approfondie ultérieure ». L’Académie des Sciences se livre également à un examen détaillé des diverses pratiques entre disciplines (voir les parties III et IV du rapport). La situation est très complexe et on ne voit pas trop bien comment on pourra réellement faire la différence entre la notion d’auteur et de simple collaborateur, sauf bien entendu à ce que ça soit écrit explicitement dans l’article. C’est ce que font certaines revues (très rares) qui demandent aux auteurs de préciser leurs pourcentages respectifs de contributions ainsi que la nature de leurs contributions (le qui a fait quoi).

Sur le même sujet, on pourra lire les billets très intéressants sur le blog La science, la cité : « Chacun à sa place » , « comment on compte les publications ? »  et « Etre auteur ou ne pas être auteur : la signature en science » (j’en oublie certainement …), ces billets donnent également de nombreux liens utiles à ceux qui voudront approfondir le sujet.

Et dans tous les cas, n’oubliez pas que les indicateurs bibliométriques doivent être utilisés avec modération !

Publicités