Il est enfin paru cet opus tant attendu ! Si vous êtes très nul en ce qui concerne l’IUT, voilà un petit lien qui vous permettra de vous instruire : l’avenir de l’IUT pour les nuls, une tragédie en 5 actes. La question est importante, peut-être plus importante que les bidulex et autre réformes en cours. Résumons très sommairement le contexte : avant la LRU les IUT étaient autonomes en ce qui concerne les moyens humains et financiers. Depuis la LRU ce sont les présidents d’universités qui ont les cartes en main, les crédits leur arrivent maintenant directement sans passer par la case IUT, sous la forme d’une dotation globalisée. Les présidents distribuent alors cette dotation dans les différentes composantes. C’est là que le problème se pose car il semblerait que certains IUT se sentent lésés (à juste titre ou non, là je ne juge pas). D’où une fronde des dirigeants de IUT qui menacent de faire sécession de l’université. On pourra lire les derniers évènements ici et ici, fronde conduite par l’ADIUT et l’UNPIUT (respectivement l’association des directeurs d’IUT et l’union nationale des présidents d’IUT).

Mais apparemment la tentative l’ADIUT et l’UNPIUT pour faire sortir des IUT de l’université ne semble pas rencontrer l’unanimité. Sondage doodle à l’appui, l’auteur de l’opus conclue : « Le projet de l’ADIUT/UNPIUT n’est pas dangereux en lui-même. Trop flou et inconséquent pour cela. Et pas au bon niveau de décision/proposition. Il est revanche catastrophique pour deux raisons : d’abord parce qu’il renonce à traiter les deux seuls vrais problèmes méritant de l’être au niveau décisionnel de l’UNPIUT et de l’ADIUT (cadrage national du diplôme et ajustement sur le LMD européen), ensuite et surtout parce qu’il valide (ou fournit en tout cas les arguments pour valider) toute la stratégie ministérielle qui ne cache pas son ambition d’un enseignement supérieur à deux vitesses : quelques rares pôles d’excellence concentrant l’essentiel des moyens, et pour les autres, des universités sur le modèle de « collèges » américains, c’est à dire à Bac +3, sans réelle activité de recherche et avec un enseignement calibré sur les cahiers de charges définis par les entreprises du bassin d’emploi concerné. Que le projet de l’ADIUT/UNPIUT ne donne aucune piste sérieuse sur ce que pourrait ou devrait être la place des IUT dans un tel cadre n’est pas le moindre de ses défauts ».

Mais la question des IUT reste entière : quel avenir pour les IUT au sein de l’université ? Doit-on réformer les IUT ? Doit-on garder un cadrage national du diplôme ? Doit-on faire gérer les IUT par les collectivités territoriales ? Doit-on ajuster la formation sur le LMD européen ? Doit-on aller vers des licences technologiques ? … autant de questions en suspens qu’il est urgent de débattre !

Tous nos billets sur les IUT : « Faut-il réformer les IUT ? », « IUT maltraités », « IUT : le grand malaise », « Les IUT sont une chance », «Les directeurs d’IUT maintiennent la pression (nov 2009) », «Semaine d’information dans les IUT (dec 2009) », « Les IUT réclament d’indépendance (dec 2010) »  et « Quel avenir pour les IUT (janv 2011)».

Publicités