Il y a deux ans, jour pour jour. Je me souviens d’un mot d’ordre qui m’avait glacé le sang: « le 2 février 2009 l’université s’arrête » (lire ici, pour mémoire). La consigne était lancée par une coordination nationale des universités, composée de délégués provenant de quarante six universités. Ce fut le début d’un mouvement noniste long et douloureux, qui a été peu glorieux, à mon sens. L’université s’arrête ? N’était-elle pas déjà à l’arrêt depuis de longues années, à l’agonie pour nombre de ces composantes, en danger de mort lente (dixit les refondateurs) ? Ce mouvement fut long, il m’a considérablement marqué, au point que j’en ai ouvert un blog après de longs mois d’hésitations et d’errances existentielles. Deux ans après, l’université est-elle repartie ? Vogue-t-elle fièrement vers un futur meilleur ?

Advertisements