Nul doute que les Labex et Idex laisseront une trace dans le paysage de l’enseignement supérieur et de la recherche. Plutôt que d’être l’occasion de la construction d’un espace raisonné, les projets déposés (Labex) ou en écriture (Idex) marquent l’émergence de fragmentations supplémentaires, cette fois-ci selon une donnée récente qui est la notation AERES : il ne fait pas bon de n’être pas noté A+. Cette période aura aussi été celle de grandes tensions dans les labos. A mon avis, tout le monde est perdant. Ainsi voici ci-dessous la deviseX (excellente devise) du jour :

Publicités