Les Think tank commencent à s’intéresser sérieusement à l’enseignement supérieur et à la recherche. S’ils abordent ces sujets, c’est certainement pour pallier la pauvreté ou l’inexistence de ces thèmes dans le débat public offert par les partis politiques ou encore la mystérieuse disparition des intellectuels. On a déjà parlé ici de Terra Nova (voir ici), un autre Think Tank, qui faisait un bilan de la LRU et proposait quelques orientations audacieuses pour l’évolution de nos universités.

Récemment, c’est la fondation Res Publica qui a nous offre les fruits du colloque qu’elle a organisé mi-septembre. Cette fondation, présidée par Jean-Pierre Chevènement, « s’est donné pour objectif la réflexion, l’analyse et la capacité de proposer des choix de politiques publiques, face aux grands enjeux actuels, dans le cadre national et dans le cadre du monde globalisé. Sa perspective est celle d’une évolution vers un dialogue réel des cultures et des nations, dont la traduction politique est la multilatéralité dans la prise de décision et la conduite des actions les plus conséquentes pour l’avenir du monde. Dans le même esprit elle mène une réflexion constructive à propos des grandes questions de société, fondée sur l’exigence et l’actualité́ d’un modèle républicain pour le XXIe siècle » (pour en savoir plus, lire ici pour  une présentation plus détaillée). Le colloque avait pour titre « Quelle Université française pour demain ? ». Les invités, prestigieux, devaient plancher sur les sujets suivants :

– L’Université, un établissement public autonome
– Le nouveau paysage universitaire
– La France a besoin d’une université remise en ordre de marche
– Universités et Grandes Écoles : une question de compétitivité nationale
– Le lien entre enseignement supérieur et recherche
– Les classements internationaux : un défi pour notre université ?

On peut lire toutes les interventions ici.

Publicités