« Nous sommes dans l’esprit des bâtisseurs de cathédrale. Nous souhaitons créer une université nouvelle, humaniste et ouverte qui soit un phare pour l’Alsace » Alain Beretz, président de l’Université de Strasbourg, le 16 septembre 2010, à l’occasion d’une visite de la ministre Valérie Pécresse.

J’aime cette idée de la construction d’une entité d’envergure, quelque chose qui serait grandiose, qui réunirait les terriens dans un effort et objectif communs. Dans une société qui aurait quelques ambitions de poursuivre dans la voie du progrès, la construction d’universités rayonnantes pourrait être cet objectif privilégié. Ces universités présenteraient bien entendu un visage unifié, envoyant valser notre fragmentation stérile dans les oubliettes du passé (peut-être un jour retrouvée par des archéohistoriens qui ne manqueront pas de se gratter la tête ou de se payer une franche rigolade). Ces universités « cathédrales » offriront une palette étendue de parcours, allant de l’apprentissage d’un métier ou d’une activité professionnelle à la production et la transmission des savoirs.  Elles seraient des lieux de culture, d’humanisme, de mixité sociale et intellectuelle, ouvertes à tous …

Publicités