Le département d’ingénierie de l’université de Stanford prend un virage important vers le concept de la bibliothèque numérique. Il se débarrasse d’une grande partie de son fond pour ne conserver que 10.000 ouvrages, soit environ 12 %. Le reste est scanné et est offert sous format numérique (source ici). Fini les rayonnages imposants ! Gain de temps, gain de place mais une querelle ravivée entre « modernes et anciens » autour de l’importance du livre dans les universités.

Publicités