Philippe Aghion a rendu à Valérie Pécresse le deuxième volet de son rapport intitulé « l’excellence universitaire et insertion professionnelle : leçons et expérience internationales ». Ce second rapport est surtout consacré au premier cycle universitaire. On sait que c’est le point faible des universités, comme en témoigne le taux d’échec hallucinant en licence ou sa très faible attractivité. Philippe Aghion, professeur à Harvard, introduit la notion du « triangle du matching » qui se traduit aussi par la « pyramide de l’excellence dans l’enseignement supérieur en premier cycle ». Ce triangle comprend :

  • La flexibilité des parcours,
  • L’information,
  • La spécialisation progressive.

Il faut certainement être professeur à Harvard pour avoir pensé ce triangle, car pour ma part jamais je n’aurais pensé qu’il eut été utile d’informer les étudiants. Quand aux principes de progressivité et de flexibilité, ce sont certainement une idée à creuser.

Mais allons directement aux conclusions de ce rapport. Pour l’auteur du rapport, l’excellence en matière de recherche et de formation reposent sur les mêmes leviers : moyens et autonomie (la recherche était l’objet de la première partie du rapport). L’auteur donne alors quelques recommandations :

Recommandation 1 : Une mise à niveau des moyens est nécessaire pour renforcer l’excellence des formations supérieures de premier cycle en France. Il s’agit là d’augmenter les dépenses consacrées à l’enseignement supérieur avec pour objectif de moyen terme d’atteindre  2% du PIB. On est encore loin du compte en France.

Recommandation 2 : Rééquilibrer la gouvernance des universités. Monsieur Aghion pense manifestement qu’il n’y a pas assez de personnalités extérieures dans les structures de direction. Il propose alors de créer des  « board of trustees » (conseil d’administration) majoritairement composés de personnalités extérieures. Ces « board of trustees » auraient donc les pouvoirs décisionnels. A coté, il y aurait un sénat académique qui serait responsable de la définition de la politique pédagogique et scientifique. Les propositions du sénat seraient soumises au vote du « board of trustees ».

Recommandation 3 : Favoriser l’émergence progressive de « collèges universitaires » regroupant l’ensemble des filières du premier cycle. Ces collèges regrouperaient les formations universitaires générales, les formations professionnalisantes courtes, les formations préparatoires aux grandes écoles. Bref là Monsieur Aghion nous propose là une véritable révolution française !

Tous les détails du rapport ici (version courte) et (version longue), ainsi qu’une piqûre de rappel pour le rapport d’étape de janvier dernier, ici.

Publicités