« Les concours sont le sésame des grandes écoles et la raison d’être des classes préparatoires. Ils constituent le dispositif central de cette filière sélective. Leur empire n’a cessé de grandir malgré leurs défauts : un rythme d’études absurde, un bachotage stérile et, pour finir, une énorme disproportion entre la valeur de l’épreuve et son rôle scolaire et social. A vrai dire, ce sont ces mêmes défauts qui font le succès des concours. Ils classent, ils légitiment, ils simplifient : tout le contraire en somme de la confusion qui règne dans l’enseignement universitaire. »

Bruno Belhoste, historien des sciences « il faut en finir avec les concours », Le Monde Education du 16 juin 2010.

Publicités