« Malgré l’hétérogénéité des formations et des niveaux, cette filière sélective [les prépas/écoles] a su maintenir jusqu’à aujourd’hui sa cohérence grâce au ciment que constituent les concours, et ceci au plus grand profit de ceux qui sont situés au sommet de la pyramide et qui la contrôlent. Alors que les universités accueillent, sans sélection ni grands moyens, une population étudiante de plus en plus diversifiée et paupérisée, les très grandes écoles, bien pourvues, continuent de sélectionner et de classer « à l’ancienne » et entre soi. A l’heure de la démocratisation de l’enseignement supérieur et de son internationalisation, il parait temps de corriger cette anomalie ».

Bruno Belhoste, historien des sciences « il faut en finir avec les concours », Le Monde Education du 16 juin 2010.

Publicités