Cette histoire de nuage volcanique, je n’y crois pas. Moi je sais bien que les volcans ça fait de la lave et que cette lave ne s’élève pas dans le ciel. Tout ça c’est un coup des médias qui sont sous la coupe des gouvernements qui veulent nous cacher des choses. Je me souviens aussi du nuage de Tchernobyl qui s’était arrêté par miracle aux frontières de notre territoire national. Alors ce nuage volcanique qui serait actuellement au dessus de nos têtes … à d’autres …

C’est comme cette autre histoire de nuage en 1964, qui s’en souvient ? Personne évidemment car cette information est restée secrète. Et ben moi je vais vous la raconter, tant pis si je trahis des secrets. Alors voilà : en 1964, un nuage interstellaire s’approche de la terre. Il est si dense et opaque qu’il va masquer le soleil. Pas grave, disent les astronomes, il va passer. Mais voilà que le nuage s’arrête autour du soleil et la plonge la terre dans la nuit ! Les astronomes constatent que le comportement du nuage ne suit pas des lois scientifiques et ils en déduisent qu’il a une certaine forme de vie. Ils tentent alors de dialoguer avec lui et y parviennent. Le nuage est en fait un super-organisme constitué de poussières interconnectées par l’électromagnétisme. Il a une sorte d’intelligence connective, un peu comme celle des ordinateurs du futur et des nano-bio-objets, une macro-vie à l’échelle planétaire (concept Gaïa). Le nuage explique aux hommes qu’il va rester une centaine d’années afin de se recharger en énergie près du Soleil. Les humains sont pris de panique car 100 ans c’est beaucoup trop, toute la photosynthèse terrestre va être stoppée et donc la vie va disparaître. De son coté, le nuage est assez surpris de découvrir une vie aussi primitive dans l’Univers (les terriens, je précise). Assez vite il se lasse des discussions avec les terriens qu’il trouve d’une intelligence très pauvre. Toutefois, le nuage est séduit et surpris par la musique et surtout par l’amour et son irrationalité. Le nuage repart plus tôt que prévu pour aller accomplir une mission imprévue à l’autre bout de la galaxie, ceci au grand soulagement des terriens … Heureusement qu’un terrien, nommé Fred Hoyle, a pris soin de bien tout noter de cette intrusion nuageuse de 1964, il en a même fait un livre « Le nuage noir »  éditions Dunod dans une série de science fiction.

Alors cette histoire de nuage volcanique, moi ce que j’en pense …

Publicités