Les critiques contre la prime d’excellence scientifique (PES) ne se tarissent pas, comme en témoigne la lettre ouverte intersyndicale envoyée à Valérie Pécresse le 26 janvier dernier (ici). C’est le principe même de la prime qui est rejetée par une partie de la communauté scientifique, en particulier par les chercheurs à plein temps. D’après eux, la prime individuelle n’est pas adaptée aux personnes qui travaillent dans un environnement de recherche car elle est le fruit d’un travail collectif réalisé au sein d’équipes. Cette prime aurait des effets pervers comme la mise en concurrence des personnels avec le risque de stratégies d’adaptation individuelles.

Pour ma part je n’ai nulle intention de défendre le principe de la prime, en réalité je m’en fiche, bien qu’il ne me semble pas forcement condamnable de récompenser les plus méritants. Mais quand même, il est assez cocasse d’entendre les chercheurs parler d’égalité dans les équipes de recherche. Oh qu’elles sont belles ces tirades ! Alors je vous prends aux mots, mes petits chercheurs : la notion de partage du travail, je n’ai rien contre, bien au contraire. Venez me voir, et choisissez ce que vous voulez : j’ai à disposition des cours, TD, TP, réunions pédagogiques, commissions de tout genre, soutenances de stage, suivis de projets et de stages, emploi du temps à concevoir, des copies à corriger … Ah vous voulez l’égalité dans les équipes de recherche … et bien prenez là !

Publicités