Penchons-nous aujourd’hui sur la structure du rapport Juppé-Rocard (à lire ici). Il contient 3 parties (1) Investir pour préparer la France aux défis de demain (2) Engager la transition vers un nouveau modèle de développement (3) Mettre en place une gouvernance exemplaire. Le rapport contient aussi une longue annexe dans laquelle on trouve des « fiches de présentation des actions » à réaliser. Pour chacune des actions, le rapport donne les objectifs et fait une analyse des enjeux, atouts, faiblesses, du montant et modalité d’action et type de retour attendu – gouvernance.

Cette approche me rappelle l’analyse SWOT dont nous avons parlé ici il y a quelques temps. L’analyse SWOT (Strenght, Weaknesses, Opportunities, Threats – forces, faiblesses, opportunités et menaces) est utilisée par le monde de l’entreprise (aussi par les écoles) en tant qu’outil de stratégie afin d’aider à mieux connaître les facteurs externes et internes qui sont favorables ou défavorables dans l’accomplissement de différents objectifs. Ainsi Juppé, Rocard et leurs collaborateurs se sont manifestement livrés à cet exercice. Le mot « forces » a été remplacé par « atouts », le mot « opportunité » par « enjeux » et les « faiblesses » sont restées fidèles à elles-mêmes. Restent les « menaces » qui ne sont pas clairement exprimées dans un paragraphe identifié. C’est un peu dommage de ne pas être allé jusqu’au bout de la démarche, mais d’un autre coté cette section « menaces » aurait pu faire peur. Elle reste bien entendu à usage interne quand une structure se livre à ce type d’analyse.

Nul doute que nous n’allons pas nous priver de commenter ces forces, faiblesses et opportunités … et combler le vide de la section « menaces » !

Publicités