logoiutDepuis le passage à la LRU, beaucoup d’IUT semblent avoir des problèmes avec leurs universités de rattachement. Les IUT ont en effet perdu leur autonomie et se voient l’objet de « maltraitance », terme utilisé par l’Assemblée des directeurs d’IUT (ADIUT). Les universités se livreraient à des « refus du Contrat d’Objectifs et de Moyens, centralisation des fonctions et budgets (ou absence de lettre de cadrage budgétaire), ponctions financières, prélèvement de personnels, voire remise en question des diplômes » (extrait du communiqué de presse de l’assemblée du 23 octobre dernier – voir le communiqué de presse sur le site de SLR). Les directeurs d’IUT réclament aujourd’hui des arbitrages et mesures d’urgence auprès du ministère : « il faut repositionner très rapidement les IUT dans leurs missions et établir un nouveau cadre institutionnel leur permettant de les assumer en responsabilité ».

Personne aujourd’hui ne conteste le succès des IUT. Comme on l’a mentionné dans un billet précédent, il est néanmoins souhaitable que les missions soient repensées, en particulier du fait de l’allongement de la durée des études constaté chez les étudiants. Rappelons que seuls 20 % des étudiants s’arrêtent au terme de leur DUT, diplôme originellement prévu pour être finalisant. Dans le cadre de la LRU, les universités ont maintenant pour mission de gérer aussi les IUT (moyens financiers et humains). Il  faudrait qu’elles comprennent que la présence des IUT est une chance sur laquelle elle pourra baser solidement sa refondation, tout comme l’est aussi la formation des enseignants. Nous reviendrons prochainement sur cette crise IUT-Universités.

Publicités