masterisation_nonComme vous le savez, je suis une extraterrestre. Je suis mandatée par l’Observatoire Galactique des Universités (OGU) pour étudier l’étrange comportement des universitaires Terriens en cette année 2009. Pour l’instant je ne comprends pas grand-chose mais je sens que je fais des progrès de jour en jour. Toutefois, certains dossiers restent pour moi très incompréhensibles. C’est le cas par exemple de la mastérisation.

La mastérisation, d’après ce que je peux lire, est une réforme qui prévoit de mettre le niveau requis à Bac +5 pour les futurs maîtres et de créer des masters d’enseignement qui seraient réalisés à l’université, plus ou moins en interaction avec les masters de recherche et les masters professionnels. Cela sous-entend une disparition des IUFM au profit des universités, ou que les IUFM redeviennent une composante « normale » des universités. Tout cela semble une excellente idée car il est un peu étonnant de voir qu’actuellement la formation des maîtres est cloisonnée dans les IUFM, quasiment hors université et donc sans interaction avec les autres filières.

On a déjà évoqué ici la problématique de la fragmentation de l’enseignement supérieur. L’orientation post-bac n’est guère en faveur de l’université. La plupart des étudiants préfèrent les filières sélectives telles que les prépas, les écoles, les BTS ou les IUT. L’université ne récupère que rarement les meilleurs éléments, ce qui est évidemment fort dommageable. Cette mastérisation à l’université permettrait de pouvoir enfin travailler sur un dossier de plus haute importance : celui de l’orientation post-bac des élèves. On peut d’abord partir du constat que les profs de lycées ont une grande influence sur l’orientation des élèves après le bac. Ainsi une bonne idée serait de remettre la formation des maîtres dans les universités, en connexion/passerelle avec la recherche et pour dire les choses clairement en situation de rencontre/échange/amitiés entre les membres des différentes filières. Ça voudrait dire qu’on réintégrerait les IUFM (ou équivalent) que l’on avait soigneusement mis bien loin des universités. On pourrait faire cette formation des maîtres en 5 ans, de toute façon c’est ce qui est déjà le cas pour la quasi totalité des futurs maîtres. On pourrait mettre le paquet sur cette formation bref faire en sorte que les élèves gardent un bon souvenir d’une formation de qualité. Ayant une bonne image de leur passage à l’université, ils y reviendraient souvent pour voir d’anciens amis ou d’anciens profs, ou avec leurs classes pour faire des visites ou conférences. La suite est toute naturelle, tout le monde a compris.

Mais voilà, rien ne semble simple dans les universités Françaises. Des universitaires sont en lutte pour contrer ce projet. Ils luttent pour que les IUFM restent hors des universités et que l’on tienne éloignés les futurs maîtres de la proximité fécondante des laboratoires de recherche. Je me demande bien qui sont ces gens en lutte mais manifestement ils ne portent pas en grande estime l’université ou bien ils n’ont pas confiance en elle. C’est bien dommage qu’ils n’aient pas compris tout le bénéfice que l’université pourrait retirer de l’opération.

Publicités