Me voici de retour, pour le meilleur et surtout pour le pire. Résumons la situation : comme vous le savez, je suis une extraterrestre. Je suis chargée de mission auprès de l’OGU (Observatoire Galactique des Universités)  pour étudier l’étrange comportement des universitaires Terriens en cette année 2009 de votre ère. Je suis une extraterrestre mais rassurez-vous, je suis relativement inoffensive. Comme vous le savez également j’ai lamentablement échoué dans la mission que m’a confiée l’OGU. Peu après mon arrivée sur Terre, en janvier 2009, j’ai commis une grosse maladresse. J’ai en effet laissé entendre que vos universités n’étaient pas en super forme et que des réformes devraient pouvoir être envisagées. Et dans ce cadre, la LRU paraissait intéressante, sans toutefois m’enthousiasmer. Qu’ai-je dit ? holalalala … J’avais commis une faute de goût vraiment déplacée. Depuis je suis devenue une universitaire naïve et désuète aux yeux de tous, mise au pilotis de la communauté universitaire. J’ai alors trouvé refuge dans la blogosphère. C’est ce qui m’a conduit à créer la Gaïa Universitas.

Qu’est-ce que la Gaïa Universitas ? C’est un blog qui s’interroge et qui s’inquiète d’une université prise en étau entre un mouvement universitaire conservateur et un gouvernement de tendance libérale. Car soyons clair, l’université du service public est maintenant au pied du mur et devra décider prochainement son orientation. On aimerait la voir davantage orientée vers l’avenir plutôt qu’empêtrée dans une attitude de lutte défensive de préservation de la configuration actuelle. Car elle court à sa perte si elle ne parvient pas à se réformer. Mais malheureusement le mouvement de contestation de 2009 a révélé que notre communauté universitaire est atteinte de nonisme. Le nonisme est-il une maladie grave ? Pour ma part je pense que oui. Le nonisme est-il durable et incurable ? Espérons que non, mais c’est ce que nous allons voir en cette rentrée universitaire qui s’annonce pleine d’interrogations.

Mais gageons que la rentrée universitaire verra émerger une nouvelle forme de lutte, celle-ci conduite par d’autres acteurs, libres et responsables.  La Gaïa Universitas serait alors heureuse de s’y associer ou disparaîtrait car perdant alors sa raison d’exister. Pour l’instant la Gaïa Universitas est composée de trois contributeurs, moi Rachel, Titanium et l’Astronaute en transit. Nous sommes tous des extraterrestres, c’est-à-dire que nous pensons tous que quelque chose est encore possible à l’Université, en termes d’espace privilégié de l’enseignement supérieur et la recherche du service public. La Gaïa Universitas est une structure informelle et ouverte, et encourage vivement une expression plurielle : ainsi n’hésitez pas à nous envoyer des contributions ! En effet cette année verra peut-être la période de votre introspection existentielle. Certains d’entre vous pourraient se découvrir extraterrestre ? Si cela arrive il ne faut pas que cela vous inquiète : ce n’est pas si grave et ça n’empêche pas de vivre sur la Terre, d’œuvrer pour la société des hommes et d’aimer.

Publicités