Il se passe quelque chose d’étrange sur la Terre. Depuis une quinzaine de jour, elle semble rentrer dans une torpeur qui s’accentue de jour en jour. C’est à la fois inquiétant et reposant. Ça fait maintenant six mois que je suis sur Terre, missionnée par l’observatoire galactique des universités (OGU) afin d’étudier le comportement étrange des universitaires Terriens. Comme vous le savez déjà, j’ai échoué lamentablement dans ma mission : je n’ai encore rien compris. Six mois plus tard, je suis au point mort et la torpeur qui emplie la Terre ne me laisse pas augurer des progrès rapides. Alors je tourne en rond, comme ils ont pu le faire tous ensemble sur le « parvis de la grève ». Je m’ennuie, je me sens seule. Ma planète me manque mais je ne peux pas y retourner maintenant. Curieusement les communications semblent suspendues. Peut-être suis-je punie d’avoir raté ma mission ? Ou attendent-ils de moi un signe particulier que je n’arrive pas à émettre ? Peut-être que de nouveaux évènements vont se produire bientôt et qu’ils comptent sur moi pour intervenir ? Hier, lasse de cette Terre, j’ai bricolé une petite antenne que j’ai pointé dans la direction de ma planète, Gliese 581e, dans la constellation de la Lyre. Mais ça n’a pas marché, foutue technologie primitive de Terrien ! De rage j’ai tout fracassé sur le sol, il n’en reste que des miettes.

Titanium, mon compagnon, lui ne semble pas affecté par cette situation. Il parvient à s’occuper. Il fait des calculs, trace des courbes, teste des modèles avec des ordinateurs. On dirait même qu’il s’amuse bien. Sur Gliese 581e toute cette minable technologie archaïque a disparu depuis longtemps. Il m’explique alors qu’il se sent comme un archéologue, comme un Terrien qui tente de tailler le silex pour retrouver le geste de ses ancêtres. Tout pour lui est prétexte pour acquérir un savoir, peu importe les outils, on en sort toujours grandit. Il m’explique aussi que le cerveau des Terriens n’est pas si étroit qu’on peut le dire partout dans la galaxie. « Rachel donne leur une chance, tout n’est pas perdu ». Moi j’ai du mal à le croire mais c’est vrai aussi que sur cette Terre mon propre cerveau ne fonctionne plus bien. Je n’arrive plus à travailler. Ça fait six mois que ça dure.

Titanium n’était pas là quand je me suis fait mitraillée lors de l’une des premières AG, d’ailleurs la seule AG que j’ai faite. J’ai été blessée assez sérieusement alors il est venu me ramasser et a pansé mes plaies. Ça a mis du temps à guérir, d’ailleurs en réalité ce n’est pas encore guéri vraiment. Ca laissera, au mieux, des cicatrices. C’est un peu à cause de Titanium que j’ai créé ce blog. Titanium aime les blogs et il avait pris l’habitude d’aller sur quelques uns qui traitaient du mouvement de contestation dans les universités. Il allait surtout sur celui de S. Huet de libération et il bloguait avec le pseudo de « Rachel ». C’est lui qui m’a donné le virus. Progressivement j’ai commencé à bloguer aussi sur le même site, en prenant le même pseudo. Je sais, c’est idiot, ça ne se fait pas de voler le pseudo d’un autre. Mais l’apprentie blogueuse que j’étais ne le savait pas. Donc progressivement Rachel est devenu Rachel. Titanium s’est vite lassé de ce blog, moi j’ai continué, fascinée par ces discussions stériles avec toute la faune de nonistes qu’on y rencontrait. Maintenant Rachel c’est moi, souvent pour le pire car j’ai dit tellement de bêtises sur ce blog … mais c’était tellement amusant de mettre en boite tout ces gens pétris de certitudes. Puis ça été à mon tour de me lasser. Quand j’ai voulu créer le blog de la Gaïa Universitas, Titanium n’était pas d’accord. Il a essayé de m’en dissuader. Il me disait que ça ne sert à rien, à part perdre son temps, et que je ferais mieux de me reconcentrer sur mon travail, que je ne parvenais plus à faire. Puis de guerre lasse, il me l’a ouvert, moi je suis trop nulle en info pour le faire moi-même. Il a sûrement raison, ça ne sert à rien. Sauf que ça me fait du bien d’écrire.

Cette nuit, comme souvent,  je n’ai pas réussi à dormir. Alors je suis sortie. La nuit était douce et claire. Au dessus de moi brillait votre lune, et je n’ai pas résisté. J’y suis allée, sur le lieu appelé Hadley Apenine. C’est là que s’est déroulée la mission Apollo 15. J’ai retrouvé le rover lunaire, toujours superbe. Je m’y suis installée et j’ai roulé comme une folle pendant près d’une heure. Ça m’a fait du bien, je suis calme maintenant. Goûtant un petit moment de plénitude, est apparu devant moi un des plus beaux spectacles qui m’a été donné de voir : un clair de Terre. Que votre Terre est belle !!

02

Publicités