isoloirBen oui, ça devait probablement arriver, je suis devenue Sarkozyste. C’est un simple constat, pas vraiment une démarche personnelle longuement mûrie. Je le suis devenue sans m’en apercevoir, sans même avoir l’impression de renoncer mes idéaux de laïcité, de service public, de grandeur de la science et de la connaissance … Mais voilà, j’ai été séduite par la démarche d’autonomie des Universités, et dans ce cadre, la LRU me paraissait intéressante, sans pour autant m’enthousiasmer. Quand j’ai timidement fait part de cet intérêt dans mon Université, je me suis prise une volée de bois vert, et j’ai été classée Sarkozysite ! Voilà mon histoire, elle est simple, non ? Sauf que moi je ne la comprends pas et ça ne m’a pas fait trop rire.

Tout ça est un peu difficile à assumer dans la vie quotidienne. Le 6 juin dernier, pour les élections Européennes, j’étais fermement décidée à concrétiser ma transformation récente, habitée par le coté obscur qui guette chacun d’entre nous. Dans l’isoloir ce fut une faillite complète : au dernier moment hop le bulletin UMP me glisse des mains et tombe par terre. Impossible de le retrouver, il a sûrement glissé dans l’isoloir d’à coté. Quelle cruche !! Par dépit il m’a fallu mettre dans l’enveloppe un autre bulletin. Pas de chance. C’est quand les prochaines élections ?

Si vous voulez témoigner de votre propre expérience, n’hésitez pas à me laisser un petit message ci-dessous. Si nous sommes quelques uns, on fera des séances de thérapie de groupe. Si nous sommes un peu plus, peut-être même qu’on pourrait faire une ronde : on l’appellerait la ronde infinie des abjurés.

Publicités