En cette période d’intense cogitation réformatrice, j’ai une modeste proposition de réforme à soumettre et qui pourrait nous enlever une épine dans le pied. Cela concerne notre petit problème avec le classement de Shanghai. Il est faux de dire que les universitaires Français ne sont pas productifs, c’est en réalité tout le contraire. Mais le problème c’est que pour l’instant l’essentielle de la production n’est pas pris en compte. Je propose ainsi que les motions soient comptabilisées dans le classement de Shanghai. Ainsi notre ranking s’en trouvera nettement amélioré, peut-être même que nous pourrons ravir la première place. Harvard, Berkeley ou autre Cambridge … tremblez !

Publicités