collectivites« Il se trouve que les collectivités ont investi considérablement ces dernières années, avec plus d’un milliard d’euros par an, et un élargissement de la nature de nos interventions. Les régions sont présentes à tous les étages, de la vie étudiante à la recherche avec le transfert de technologie ». Laurent Beauvais, président de la commission enseignement supérieur, recherche et innovation de l’ARF, et président de la région Basse-Normandie. Source ici.

« L’université est déjà présente à tous les étages des activités des collectivités territoriales. L’université doit répondre positivement comme opérateur déterminé du développement du territoire ». Jean-Paul de Gaudemar, recteur de l’académie d’Aix-Marseille. Source ici.

« Une université soutient notre tissu économique : une ville qui perdrait ses étudiants, ça serait une catastrophe. Mais ça le serait aussi pour les étudiants, car il est essentiel qu’ils aient la possibilité d’étudier près de chez eux ». Hélène Mandroux, présidente de l’AVUF (association des villes universitaires de France) et maire de Montpellier. Source ici.

« La volonté de démocratiser l’enseignement supérieur et la saturation des grands pôles universitaires sont à l’origine du rapprochement géographique de l’enseignement supérieur avec les lieux de vie des jeunes et des familles. Ce qui a conduit à délocaliser ou décentraliser une partie des enseignements supérieurs dans les villes moyennes. [ …] Les maires des villes moyennes et les présidents de leurs intercommunalités à fiscalité propre sont attachés à permettre à la jeunesse de se former sur place. La proximité permet l’accès à l’enseignement supérieur à des jeunes qui n’auraient pu suivre de cursus pour des raisons principalement financières. [...] Les villes moyennes et leurs communautés financent aussi en grande partie la vie étudiante, et en particulier le logement et la restauration ». Extrait de la contribution de la Fédération des Villes Moyennes aux Assises de l’ESR, lire le texte ici.

"Les maires des villes moyennes se sont investis dans ce domaine depuis les années 80 et ont créé un écosystème unissant monde de la formation et sphère économique, tendant à la cohérence entre les besoins des entreprises et les formations supérieures dispensées sur leur territoire dans un double objectif : l’élévation du niveau de qualification des jeunes et la compétitivité du tissu économique". Extrait de la contribution de la Fédération des Villes Moyennes aux Assises de l’ESR, lire le texte ici.

About these ads