Christian Lerminiaux est le président de la CDEFI (conférence des directeurs d’écoles françaises d’ingénieurs) depuis mai dernier. Depuis cette date, il mène une campagne médiatique en faveur d’une augmentation du nombre d’élèves ingénieurs formés dans les écoles (exemples ici, octobre 2011; ici , février 2012 ou ici,  juillet 2012 –  de nombreux autres documents sont disponibles un peu partout sur le même sujet).

«Nous ne formons pas assez d’ingénieurs», déclare Christian Lerminiaux, président des directeurs d’écoles françaises d’ingénieur. « La France produit bon an mal an 30.000 diplômés et les besoins seraient plutôt de 40.000″. Source ici. Rappelons au passage que ces 20 dernières années, les écoles ont doublé leur nombre de diplômes délivrés, passant d’environ 15.000 à 30.000.

Quand on pose la question à Bernard Remaud (ancien président de la CTI, qui a cédé sa place il y a quelques jours), voilà ce qu’il répond.

« La France manque d’ingénieurs », disent-ils. « Faux, faux, faux ! s’étrangle Bernard Remaud de la CTI. Rapportée à sa population, la France forme beaucoup plus d’ingénieurs au niveau master que les Etats-Unis… ». Source ici, page16, mars 2012.

Bref, y a-t-il assez d’ingénieurs en France ? Faut-il continuer à renforcer ces filières comme on le fait depuis 20 ans, avec pour conséquence un assèchement important des filières scientifiques des universités ? Certains disent que c’est important pour lutter contre la désindustrialisation ou pour booster notre innovation. Mais si les ingénieurs permettent cela, pourquoi ne n’ont-ils pas fait auparavant ? Alors qu’ils étaient les maillons forts dans les entreprises il y a encore une vingtaine d’années, pourquoi ont-ils cédé devant les financiers et commerciaux ? N’est-on pas devant un modèle sur le déclin ?

About these ads